Russie : la Cour suprême bannit le "mouvement international LGBT" pour extrémisme

Toute activité publique associée à ce que Moscou considère comme des préférences sexuelles "non traditionnelles" est désormais passible de lourdes peines de prison.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des militants des droits LGBT participent à un rassemblement à l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, à Saint-Pétersbourg (Russie), le 17 mai 2019. (OLGA MALTSEVA / AFP)

La Cour suprême russe a banni le "mouvement international LGBT", jeudi 30 novembre, pour extrémisme, en plein virage conservateur dans le pays, ouvrant la voie à des poursuites judiciaires contre tout groupe défendant les droits LGBT+ en Russie. Le juge Oleg Nefedov a précisé que cette interdiction entrait "immédiatement" en vigueur.

L'audience s'est déroulée sans défenseur, aucune organisation portant le nom de "mouvement international LGBT" n'existant en Russie, et à huis clos, car l'affaire était classée "secrète". Mi-novembre, le ministère de la Justice russe avait demandé à qualifier "d'organisation extrémiste" et à interdire "le mouvement international LGBT", sans dire clairement quelle organisation il visait.

Toute activité publique associée à ce que la Russie considère comme des préférences sexuelles "non traditionnelles" pourrait désormais être sanctionnée pour "extrémisme", un crime passible de lourdes peines de prison dans le pays. Jusqu'à présent, les personnes LGBT+ risquaient de fortes amendes si elles faisaient de la "propagande", selon le terme des autorités, mais pas d'emprisonnement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.