Droits des LGBT+ : les annonces d'Elisabeth Borne "sont bienvenues" mais ne vont pas "éteindre l'incendie" de la polémique Caroline Cayeux (Inter-LGBT)

Si l'Inter-LGBT reconnaît que les annonces de la Première ministre "vont dans le bon sens", l'association reste prudente : "On ne sait pas encore comment elle va être distribuée, sur quels fonds elle s'appuie".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La Première ministre Elisabeth Borne, accompagnée d'Isabelle Rome, ministre déléguée en charge de l'égalité homme-femme, au centre LGBT+ GAG45 à Orléans, le 4 août 2022. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Les annonces faites par Elisabeth Borne jeudi 4 août pour renforcer les droits LGBT+ "sont bienvenues", a réagi sur franceinfo Matthieu Gatipon-Bachette, porte-parole de l’Inter-LGBT.

>>"On vivait cachés comme des rats" : 40 ans après la dépénalisation de l'homosexualité, un ancien condamné raconte

La Première ministre a annoncé la nomination "avant la fin de l'année" d'un "ambassadeur aux droits LGBT+" et la création d'un fonds de trois millions d'euros pour créer dix nouveaux centres. Matthieu Gatipon-Bachette reste "prudent" sur l'enveloppe financière prévue. Mais selon lui, ces annonces ne vont pas "éteindre l'incendie" de la polémique Caroline Cayeux.

franceinfo : Est-ce que les annonces faites par Elisabeth Borne vont dans le bon sens ?

Matthieu Gatipon-Bachette : Ce sont des annonces qui vont effectivement dans le bon sens. C'étaient des demandes que l'on avait de longue date. On a beaucoup de centres LGBT qui ont très peu de moyens, des petites structures qui sont uniquement souvent portées par des bénévoles. Ce sont des structures essentielles qui accueillent des gens au quotidien, qui les orientent, qui répondent à leurs questions, qui peuvent parfois gérer tout le spectre de la vie LGBTQI+. Cela va de l'organisation d'une Marche des fiertés en passant par la prévention en milieu scolaire ou l'accueil et l'écoute des personnes qui en ont besoin. Ce sont des structures pivots dans le tissu associatif. Ces moyens sont les bienvenus.

Est-ce que ce poste d'ambassadeur aux droits LGBT+ va être utile ?

C'était une demande que l'on avait formulée au moment des élections législatives dans la plateforme "Agir pour" qu'avait porté l'inter-associative. C'est quelque chose de positif. Néanmoins, on le mettait en liaison avec les moyens qui vont être donnés à cette ambassade pour pouvoir faire son travail.

"Il faut l'ensemble d'un corps diplomatique mobilisé pour arriver à aboutir sur les questions, notamment, de dépénalisation ou pour essayer de pousser des législations plus favorables dans d'autres pays pour les personnes LGBT."

Matthieu Gatipon-Bachette

à franceinfo

On nuance aussi un peu ces annonces. On nous annonce une enveloppe de trois millions d'euros. On ne sait pas encore comment elle va être distribuée, sur quels fonds elle s'appuie.

Elisabeth Borne a à nouveau reconnu des propos malheureux de Caroline Cayeux. Qu'en pensez-vous ?

Ce ne sont pas ces fonds et ces annonces qui vont éteindre l'incendie. Les déclarations de madame Cayeux sont dommageables pour l'ensemble des personnes LGBTQI+ de ce pays parce qu'elles laissent entendre que l'on peut être ministre de la République et à côté tenir de tels propos. Si madame Cayeux avait porté ses propos à l'encontre de personnes de confession israélite ou musulmane, est-ce qu'elle serait encore en poste ?

Est-ce que vous souhaitez qu'elle démissionne ?

C'est le souhait de bon nombre d'associations. Je pense qu'elle doit tirer les conséquences de ses déclarations et, dans une volonté d'apaisement, elle doit laisser sa place à une personne qui est vraiment convaincue de la politique qui est portée ou que le gouvernement prétend porter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers LGBT+

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.