Cet article date de plus de douze ans.

Les fournitures scolaires au même prix qu'en 2008

Le prix de la liste de fournitures dressée par le ministère de l'Education et des parents d'élèves n'augmentera pas
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le prix des fournitures scolaires, l'inquiétude de la rentrée (© France3)
Le prix de la liste de fournitures dressée par le ministère de l'Education et des parents d'élèves n'augmentera pasLe prix de la liste de fournitures dressée par le ministère de l'Education et des parents d'élèves n'augmentera pas

Cette liste a vu le jour à l'issue d'un accord entre le ministère et la grande distribution.

"Huit distributeurs s'engagent à ce que le prix global de chacune des trois listes de fournitures scolaires essentielles (primaire, collège et lycée) soit identique à celui de la rentrée 2008" a annoncé le ministère.

Ils se sont aussi engagés à ce que ces produits répondent à des "critères de qualité", qui ont été publiés en février dernier. Une circulaire parue cet hiver, recommande aux professeurs des écoles, jusqu' à la teminale, de se référer à cette liste.

Cette opération, renouvelée chaque année depuis 2007, est réalisée par le ministère en partenariat avec une fédération de parents d'élèves (PEEP et FF). Les distributeurs avaient pris le même engagement par rapport à 2007 mais l'inflation des produits manufacturés sur un an n'est que de 0,1%.

En 2008, elle n'avait pas connu un fort succès, du notamment au manque de campagne publicitaire. La circulaire n'avait été publiée qu'en juillet et la plupart des familles ne connaissaient même pas l'existance de la "liste Darcos". Quant aux supermarchés ils ne signalaient pas non plus la présence des articles sur la liste.

Un logo "les essentiels de la rentrée", à l'initiative du gouvernement, sera de vigueur dans les enseignes du 15 juillet au 15 septembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.