Les enfants, victimes ignorées de la crise selon l'Unicef

Depuis 2008 et le début de la crise économique et financière, 2,6 millions d'enfants ont basculé sous le seuil de pauvreté dans les 41 pays les plus riches du monde, dont 440.000 en France. C'est le constat dressé par l'Unicef, dans un rapport publié ce mardi.

(La enfants grecs sont parmi les plus touchés par la pauvreté selon l'Unicef. Ici, un enfant fait la queue pour recevoir de la nourriture dans une église orthodoxe. © REUTERS/Yiorgos Karahalis)

Les enfants sont parmi les principales victimes de la crise économique et financière. Depuis le début de celle-ci en 2008, 2,6 millions d'entre eux ont basculé sous le seuil de pauvreté dans les 41 pays les plus riches du monde. Dans un rapport publié ce mardi et intitulé "Les enfants de la récession ", l'Unicef s'inquiète de ce phénomène et pointe les défaillances de certains états pour endiguer ce phénomène.

Face à cette situation, le Fonds des Nations unies pour l'enfance appelle au maintien de "solides filets de sécurité sociale " pour protéger les enfants. "Dans certains pays, sans des mesures spécifiques, ciblées, c'est une génération entière qui pourrait être sacrifiée. C'est un drame pour les enfants eux-mêmes, mais aussi pour l'avenir de nos sociétés ", estime dans un communiqué Michèle Barzach, présidente de l'Unicef France.

La France, mauvaise élève

Dans 23 des 41 pays de l'OCDE, la pauvreté des enfants a augmenté. Et parmi eux, la France, qui compte 440.000 enfants de plus vivant sous son seuil. La France fait figure de mauvais élève, en arrivant en trentième position du classement, juste derrière la Hongrie et devant le Mexique, avec un taux de pauvreté des enfants qui a augmenté de trois points (de 15,6 à 18,6%) entre 2008 et 2012, alors même que la pauvreté chez les personnes âgées baissait dans le même temps de 2,9 points.

Ce n'est pas le premier rapport qui alerte sur ce phénomène en France. Cet été, l'Insee et le Secours populaire avaient déjà alerté de la hausse de la pauvreté dans le pays, sans toutefois s'intéresser plus à la situation particulière des enfants. "La connaissance et la conscience des conséquences de la crise sur les enfants dans nos sociétés riches sont dramatiquement insuffisantes ", juge Michèle Barzach, la présidente de l'Unicef France, qui dit vouloir "provoquer une véritable prise de conscience des décideurs politiques ".

A LIRE AUSSI ►►► Pauvreté : 5,60 euros par jour pour manger et s'habiller

C'est en Irlande, en Croatie, en Lettonie, en Grèce et en Islande (bonne dernière du classement) que la pauvreté des enfants a le plus fortement progressé depuis 2008. Evoquant un "grand bond en arrière ", l'étude précise qu'entre 2008 et 2012, les familles grecques avec enfants ont perdu l'équivalent de 14 années de progrès, l'Irlande, le Luxembourg et l'Espagne une décennie entière.