Les agriculteurs déversent leur colère

Dans plusieurs villes de France, les agriculteurs ont manifesté ce mercredi pour protester contre "un trop-plein de réglementation" et pour défendre la production française.

(La manifestation des agriculteurs à Paris ce mercredi. © Radio France / Nathanaël Charbonnier)

Les agriculteurs ont manifesté un peu partout en France mercredi contre ce qu'ils estiment être un "trop-plein de réglementation" et pour la défense de la production française, une production qu'ils ont déversée et distribuée abondamment, à Paris notamment. FNSEA et JA (Jeunes agriculteurs) avaient choisi pour mot d'ordre de leur journée d'actions "le patriotisme alimentaire et la valorisation des produits français", sans oublier la dénonciation de règles sanitaires ou de la bureaucratie.

La mobilisation se voulait pacifique dans un contexte de tensions avec l'affaire du barrage de Sivens et après des actions violentes, dont l'incendie du centre des impôts et du bâtiment de la Mutualité sociale agricole de Morlaix. Mais certaines manifestations se sont toutefois durcies comme à Dijon ou à Valence, où un feu, d'où s'échappait une épaisse fumée noire, a été allumé devant le centre des finances publiques.

A Toulouse, des bâtiments publics ont essuyé des jets d'oeufs. Une permanence EELV a été aspergée de fumier.

A Paris, des camions ont déversé quelque 50 tonnes de pommes de terre, poires ou pommes sur la place de la République au petit matin, afin de les distribuer aux passants. "On exprime un ras-le-bol, très clairement, le ras-le-bol du monde paysan dans sa globalité ", a dit Damien Greffin, président de la FNSEA en Ile-de-France, tandis qu'une banderole déployée derrière lui disait "Stop aux contraintes".

(Des agriculteurs ont distribué des pommes de terre et autres denrées à Paris. © Radio France / Nathanaël Charbonnier)
Malgré quelques incidents, la plupart des manifestations prévues semblaient se dérouler dans le calme. A Nancy, près de 270 tracteurs ont convergé vers la direction départementale du territoire pour déverser du fumier. A Strasbourg, les agriculteurs ont répandu terre et fumier avant de planter du blé devant la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement.

Dans le Sud-Ouest, on a compté un millier d'agriculteurs à Pau, où la circulation a été perturbée. Des rassemblements ont aussi eu lieu à Niort, Poitiers, La Rochelle, ainsi que dans l'Ouest (Nantes, Angers, Rennes, Quimper) ou dans le Sud-Est (Marseille, Montpellier, Avignon) et dans le Nord.

A LIRE AUSSI ►►► Les agriculteurs mobilisés pour crier leur ras-le-bol

Ce mercredi, Manuel Valls a jugé devant l'Assemblée nationale que le secteur vivait "une crise économique, sociale et morale " et que les agriculteurs avaient "besoin de retrouver confiance dans l'avenir de leur profession ". Rappelant que 3,5 milliards d'euros d'aides européennes avaient été versées en urgence, le Premier ministre a annoncé lors des questions au gouvernement la création d'une mission parlementaire ad hoc.