Cet article date de plus de six ans.

Les ports de Calais et Boulogne-sur-Mer bloqués par des pêcheurs opposés à la pêche électrique

Une vingtaine de navires sont attendus sur la zone, pour dénoncer la concurrence jugée déloyale des navires néerlandais pratiquant cette technique pour pêcher la sole. Les entreprises françaises ont vu leur chiffre d'affaires fondre au fil des ans.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un pêcheur à bord du bateau néerlandais "TX-38 Branding IV", le 18 janvier 2018 au port de Den Helder (Pays-Bas). (NIELS WENSTEDT / ANP)

Action coup de poing des pêcheurs des Hauts-de-France, pour dénoncer la pêche électrique. "Des bateaux de Boulogne et de Dunkerque se rendent au port de Calais pour bloquer le trafic. Quand tout le monde sera sur zone, il y aura une vingtaine de bateaux", explique Stéphane Pinto, vice-président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM), contacté par franceinfo. Le blocage va durer au moins jusqu'à ce soir". Le port de Boulogne-sur-Mer est lui aussi bloqué.

La situation économique des 50 entreprises du comité régional (300 familles) est aujourd'hui dans le rouge. La pêche à la sole représente 80% du chiffre d'affaires des entreprises et nous subissons la surpêche néerlandaise.

Stéphane Pinto, vice-président du Comité régional des pêches maritimes

à franceinfo

Le trafic des ferries est interrompu et une vedette de la gendarmerie nautique était en surveillance. Deux car-ferries de la compagnie P&O sont en attente à Douvres (Grande-Bretagne), et deux autres à Calais, précise une porte-parole de la compagnie. La compagnie DFDS indique elle deux ferries en "stand by" à Douvres et un bloqué à Calais.

>> "Le sud de la mer du Nord est un désert aquatique" : à Dunkerque, les pêcheurs espèrent la fin de la pêche électrique

Le Parlement européen a pris position mi-janvier contre la pêche électrique dans l'Union européenne, une première victoire pour les opposants à cette pratique, jugée "destructrice" pour les fonds marins et autorisée à titre expérimental en mer du Nord. La Commission a, elle, défendu jusqu'au bout sa proposition de supprimer la restriction imposée aux flottes des Etats membres, en fait une dérogation établie à titre d'expérimentation.

Un chiffre d'affaires divisé par deux en cinq ans

Les pêcheurs du littoral protestent contre la pêche électrique, pratiquée par des navires néerlandais en mer du Nord. "La commission a octroyé des licences de pêche électrique à l'Etat néerlandais, contre l'avis des comités scientifiques européens !", assure Stéphane Pinto. En 2012, le port de Boulogne-sur-Mer pêchait 940 tonnes par an, pour 9 millions d'euros. En 2017, c'est un peu plus de 400 tonnes pour un peu plus de 4 millions.

>> Six questions sur la pêche électrique

A l'heure actuelle, au sud de la mer du Nord, 84 navires néerlandais pratiquent la pêche électrique et la Belgique a demandé une dérogation pour trois navires, ce qui représente moins de 0,1% de la flotte européenne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.