Cet article date de plus de sept ans.

Le gouvernement veut faire décoller le service civique

Cent millions d'euros de crédits sur trois ans vont être débloqués pour développer le service civique. Ce dispositif permet à des jeunes de 16 à 25 ans d'effectuer des missions d'intérêt général sur 6 à 12 mois, contre une indemnisation de 570 euros par mois. François Hollande a fixé un objectif de 100.000 jeunes par en service civique à la fin de son quinquennat.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le gouvernement a décidé d'allouer 100 millions d'euros au service civique.© Christophe Morin / IP3)

C'est l'ex-patron de la CFDT, François Chérèque, qui est chargé du rapport que Najat Vallaud-Belkacem reçoit ce vendredi. Mais l'effort décidé par le gouvernement pour développer le service civique est déjà mesurable puisque la ministre de la Jeunesse a annoncé le montant qui lui sera alloué :  "*Dans un contexte budgétaire contraint, nous allons dégager un effort

exceptionnel de 100 millions d'euros sur le budget triennal 2015-2017, pour accompagner la montée en charge du service civique* ".

Objectif 100.000 jeunes

Le service civique permet à des jeunes de 16 à 25 ans d'effectuer une mission d'intérêt général sur 6 à 12 mois (auprès des personnes âgées, des sans-abri etc), indemnisée environ 570 euros nets par mois. François Hollande a réaffirmé en juin son objectif de le voir accueillir "100.000 jeunes " par an à la fin de son quinquennat, soit environ 15 % de cette classe d'âge, comparé aux 35.000 volontaires de 2014.

Or, selon François Chérèque, le service civique est déjà victime de son succès, très apprécié des jeunes qui l'envisagent à la fois comme un engagement et comme une expérience professionnelle valorisante. Il veut donc aller plus loin et espère tripler le budget actuel, qui est de 140 millions d'euros.

Décrocheurs

Le service civique étant "très précieux pour l'insertion des jeunes ", selon les mots de Najat Vallaud-Belkacem, François Chérèque propose de faire contribuer d'autres ministères, à commencer par celui de l'Education nationale, qui "utilise massivement depuis 2012 " le service civique pour lutter contre le décrochage scolaire. 5.000 décrocheurs se voient en effet proposés cette solution, chiffre qui devrait doubler.

François Chérèque avance aussi une autre idée : y affecter une partie de la taxe sur les jeux en ligne ou sur la Française des jeux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.