Le fabricant de lingerie Lejaby placé en liquidation judiciaire

Malgré la liquidation, plusieurs candidats potentiels restent sur les rangs pour reprendre ce fabricant de lingerie qui emploie 450 salariés, notamment dans son site de production d'Yssingeaux (Haute-Loire).

Des couturières de Lejaby, le 26 avril 2011 à Bellegarde-sur-Valserine (Ain).
Des couturières de Lejaby, le 26 avril 2011 à Bellegarde-sur-Valserine (Ain). (PHILIPPE MERLE / AFP)

Le fabricant de lingerie Lejaby est en sursis. Le tribunal de commerce de Lyon a prononcé, jeudi 22 décembre, la liquidation judiciaire de l'entreprise dont le siège est situé à Rillieux (Rhône). La société emploie quelque 450 employés, notamment dans son dernier site de production, à  Yssingeaux (Haute-Loire). Le tribunal de commerce a néanmoins assorti la liquiditation d'une poursuite d'activité jusqu'au 20 janvier. 

Cette liquidation a été présentée par la direction de Lejaby comme une mesure "technique", plusieurs repreneurs potentiels restant sur les rangs. La liquidation permet en effet que les salariés touchent fin décembre un 13e mois de salaire, payé par l'organisme patronal de l'Association de garantie des salaires (AGS), et non par Lejaby.

Plusieurs repreneurs potentiels

Parmi les repreneurs en lice se trouve notamment Abcia, un fonds d'investissement grenoblois qui s'était manifesté le premier comme candidat au rachat de Lejaby, mais qui ne reprendrait que 155 salariés. Alain Prost, ex-dirigeant de l'italien La Perla, associé à Isalys, sous-traitant tunisien de Lejaby, a aussi fait une offre, de même que la PME Canat, spécialiste de la lingerie de nuit basé à Millau (Aveyron). Tous deux reprendraient entre 135 et 200 salariés.

Lejaby, propriété du groupe autrichien Palmers depuis 2008, a été placé en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois le 27 octobre.