Vigipirate, opérations extérieures... L'Etat a-t-il raison de renforcer les moyens de l'armée ?

A l'issue d'un conseil de défense, mercredi, François Hollande a annoncé l'attribution de 3,8 milliards d'euros supplémentaires pour l'armée d'ici 2019.

François Hollande et Manuel Valls président le conseil de défense à l\'Elysée le 29 avril 2015.
François Hollande et Manuel Valls président le conseil de défense à l'Elysée le 29 avril 2015. (GONZALO FUENTES / POOL)
Après le conseil de défense réunissant des responsables politiques et militaires, François Hollande a tranché, mercredi 29 avril. Il a annoncé que "les crédits de la défense pour 2015 seraient pérennisés à 31,4 milliards d'euros" et que la loi de programmation actualisée permettrait de "dégager 3,8 milliards supplémentaires pour la période 2014/2019".

Le chef de l'Etat a également souligné qu'il revenait sur les suppressions de postes prévues par la loi de programmation militaire : 18 500 postes au total seront préservés sur les 34 000 suppressions prévues. Il entend également pérenniser l'opération Sentinelle de patrouilles avec 7 000 militaires affectés à cette mission "de manière durable"

Le président de la République a également expliqué qu'il entendait maintenir les engagements de la France en Afrique ou au Moyen Orient. Actuellement, 9 000 hommes sont mobilisés au Sahel, en Centrafrique et dans le Golfe. Le ministère de la Défense pourra ainsi faire passer le réservoir de forces terrestres pouvant être déployées sur le terrain de 66 000 aujourd'hui à 77 000 militaires. 

Votez, réagissez, commentez sur le site.

Vigipirate, opérations extérieures... L'Etat a-t-il raison de renforcer les moyens de l'armée ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo