Fiscalité : le gouvernement a-t-il raison de reculer devant la contestation ?

Devant la bronca suscitée par le projet de relèvement des taxes sur le PEA et le PEL, le gouvernement a fait machine arrière. Et il est pris au piège de l'écotaxe. 

Des policiers sur une autoroute de Bretagne, après les manifestations d\'agriculteurs bretons contre l\'écotaxe, le 27 octobre 2013.
Des policiers sur une autoroute de Bretagne, après les manifestations d'agriculteurs bretons contre l'écotaxe, le 27 octobre 2013. (FRED TANNEAU / AFP)
L'écotaxe a du mal à passer. Après les violents affrontements ce week-end en Bretagne, Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, a déclaré "avoir parfaitement compris le message" des agriculteurs bretons. Il doit proposer de nouvelles mesures au Premier ministre lundi 28 octobre.

Un recul en vue ? Ce ne serait pas le premier. Ce week-end, sensible au "ras-le-bol fiscal", le gouvernement a fait marche arrière sur la hausse de la taxation des PEA et des PEL. Et auparavant, la taxe sur l'excédent brut d'exploitation des entreprises avait été annulée, remplacée par une augmentation temporaire de l'impôt sur les sociétés. De même, la baisse du taux réduit de TVA à 5% a aussi été annulée, et le taux finalement maintenu à 5,5%.

Fiscalité : le gouvernement a-t-il raison de reculer devant la contestation ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo