Faut-il verbaliser plus fréquemment les cyclistes ?

Le Conseil national de la Sécurité routière se réunit ce lundi à l'Assemblée nationale. Il souhaite étendre les amendes pour les infractions commises par les cyclistes.

Deux cyclistes derrière un bus à Paris, le 2 décembre 2013.
Deux cyclistes derrière un bus à Paris, le 2 décembre 2013. (JACQUES LOIC / PHOTONONSTOP)
Les cyclistes sont désignés comme dangereux par les piétons et les automobilistes. Pour y remédier, le Conseil national de la Sécurité routière (CNSR) se réunit à l'Assemblée nationale afin de proposer l'extension en agglomération du principe d'amendes minorées, un dispositif testé à Strasbourg (Bas-Rhin) depuis 2 ans.

D'abord, les experts demandent une campagne de prévention routière pour sensibiliser les cyclistes au respect du Code de la route. Car les cyclistes sont de plus en plus nombreux, notamment en ville. A Paris, leur nombre a fortement augmenté ces dernières années. Et en 2013, 679 cyclistes ont été blessés dans la capitale. Une personne a été tuée.

En Alsace, un système d'amendes minorées de 50% par rapport aux automobilistes a été expérimenté à Strasbourg. Parmi les infractions constatées arrivent largement en tête les feux rouges et stop non respectés (283), puis le téléphone en main (43) et les sens interdits (28). Un constat s'impose : sur les 560 km de pistes cyclables, la sécurité a été améliorée. En un an, une baisse des accidents de 37% a été constatée.

Votez, réagissez, commentez sur le site.

Faut-il verbaliser plus fréquemment les cyclistes ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo