Faut-il réduire la part de l'énergie nucléaire en France ?

Ségolène Royal présente ce mercredi en conseil des ministres le projet de loi sur la transition énergétique qui doit fixer un cap pour la France jusqu'en 2050.

Une marche commémorative à Paris pour le 28e anniversaire de l\'accident nucléaire de Tchernobyl le 26 avril 2014.
Une marche commémorative à Paris pour le 28e anniversaire de l'accident nucléaire de Tchernobyl le 26 avril 2014. (ZAER BELKALAI / CITIZENSIDE.COM / AFP)
La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal présente mercredi 18 juin son projet de loi sur la transition énergétique, avec deux objectifs : baisser les émissions de gaz à effet de serre de 40% en 2030 et diminuer la consommation d'énergie de 50% d'ici à 2050. Lors de sa campagne présidentielle en 2012, François Hollande avait prévu de réduire la part du nucléaire en France de 75 à 50% d'ici à 2025. Un chiffre repris dans le projet de loi.

En compagnie des Etats-Unis, l'Hexagone est aujourd'hui le plus gros producteur d'énergie nucléaire avec 58 réacteurs, ce qui représente 74,8% de l'énergie produite en France en 2012, d'après RTE. En 2010, 11,8% de la production électrique provenait de l'hydraulique et 3,3% du charbon.

Mais se passer définitivement de ce type d'énergie est compliqué. L'Allemagne, qui a décidé de sortir du nucléaire d'ici à 2022, est devenue dans le même temps l'un des plus gros pollueurs européens à cause de ses centrales thermiques à charbon qui ont pris le relais.

Mais pour les écologistes, le risque de catastrophe et de pollution sur des milliers d'années lié à l'énergie nucléaire est trop important, surtout depuis le drame de Fukushima (Japon). Problème : les énergies de substitution telles que le charbon ou le gaz sont à exclure en raison de leurs effets néfastes sur l'environnement. Seules les énergies renouvelables décarbonées sont fiables, mais leur prix est encore trop élevé.

Votez, réagissez, commentez sur le site.

Faut-il réduire la part de l'énergie nucléaire en France ?
Partager ce sondage :
Toutes les questions En partenariat avecfranceinfo