Faut-il intervenir en Irak pour stopper la progression des jihadistes ?

Le pays fait l'objet de discussions au sein de l'Otan, mercredi, à Bruxelles. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, doit faire part de ses inquiétudes sur les risques d'implosion.

Une brigade de combattants chiites irakiens mobilisée pour stopper les jihadistes sunnites, le 24 juin 2014.
Une brigade de combattants chiites irakiens mobilisée pour stopper les jihadistes sunnites, le 24 juin 2014. (HAIDAR MOHAMMED ALI / AFP)
Après sa visite à Bagdad, lundi 23 juin, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, participe, mercredi, à une réunion de l'Otan à Bruxelles (Belgique). Avec ses homologues des 28 pays membres, il devrait aborder la situation irakienne. L'objectif pourrait être d'aider à former un gouvernement d'union nationale composé de chiites, de sunnites et de Kurdes.

Comment sauver ce qui peut l'être dans un pays qui s'émiette ? Les premiers conseillers militaires missionnés par les Etats-Unis, sur les 300 annoncés, sont arrivés sur place mardi. Mais leur aide sera-t-elle suffisante pour remettre sur pied une armée irakienne en déroute ?

La progression rapide des jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) inquiète la communauté internationale. Les hommes de l'EIIL se trouvent à moins de 100 kilomètres de la capitale, Bagdad. Depuis qu'ils ont conquis la ville de Mossoul et ses champs de pétrole, le 11 juin, ils font régner la terreur sur plus d'un million d'habitants.

Le Haut Commissariat de l'ONU a fait état, mardi, d'un bilan de plus de 1 000 tués entre le 5 et le 22 juin dans la région, et autant de blessés.

La communauté internationale a échoué à pacifier la Syrie. Elle semble désormais impuissante face à l'embrasement en Irak. Or, selon des spécialistes, les jihadistes pourraient très vite se tourner vers la Jordanie, et le Liban craint une implantation de l'EIIL à Beyrouth. Désormais, John Kerry qualifie même le groupe de "menace pour tous". 

Faut-il intervenir en Irak pour stopper la progression des jihadistes ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo