Faut-il exonérer la Bretagne de l'écotaxe ?

Les discussions sur la crise bretonne s'ouvrent mercredi 6 novembre à Rennes. Supprimer l'écotaxe avant midi, tel est l'ultimatum lancé par les "bonnets rouges" au gouvernement.

Un manifestant breton contre l\'écotaxe, à Quimper (Finistère), le 2 novembre 2013.
Un manifestant breton contre l'écotaxe, à Quimper (Finistère), le 2 novembre 2013. (CITIZENSIDE/ERNEST TOSETTI / CITIZENSIDE.COM)
Le préfet de Bretagne, Patrick Strzoda, réunit ce mercredi 6 novembre à Rennes (Ille-et-Vilaine) tous les protagonistes pour tenter de sortir de la crise qui dure en Bretagne. Autour de la table, les différents acteurs économiques et sociaux, patronat, syndicats, mais aussi mouvements contestataires des "bonnets rouges", opposés à la mise en place de l'écotaxe, vont négocier. Avec en toile de fond, l'ultimatum lancé  au gouvernement par le maire de Carhaix, Christian Troadec, de retirer le dispositif avant midi sous peine de nouvelles actions.

Le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, explique que l'on ne gouverne pas sous les ultimatums. Son collègue Benoit Hamon, ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire, dénonce le chantage au gouvernement et la violence. Mais devant l'avalanche de plans de licenciements ou de restructurations, la tension monte encore dans la région.

Six réunions sont prévues sur l'agriculture et l'agroalimentaire, d'ici vendredi 8 novembre, date de visite en Bretagne de Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture. D'autres rencontres sont prévues jusqu'à la fin de l'année, mais des divergences de vue existent entre syndicats CGT, FO et "bonnets rouges", même si tous veulent trouver des solutions.

Faut-il exonérer la Bretagne de l'écotaxe ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo