L'adoption d'enfants à l'étranger en chute

Pour la première fois, moins de 1.000 enfants étrangers pourraient avoir été adoptés par des foyers français, selon Le Figaro. Une baisse constatée depuis plusieurs années et qui s'explique notamment par la mauvaise réputation de la France.

(Le nombre d'enfants adoptés diminue dans les pays du monde entier. © Maxppp)

Un cap symbolique pourrait être passé. Selon le Figaro, "le Quai d'Orsay table sur 1.000 à 1.100 adoptions à l'étranger. Mais, au 1er décembre 2014, seuls 935 enfants de toutes nationalités avaient été accueillis par des Français". Une baisse importante puisqu'en 2013, on en comptait 1343.

Le chiffre de 2014 "correspond au nombre le plus bas depuis 30 ans ", soutient Béatrice Biondi, directrice de l'Agence française de l'adoption (AFA), précisant qu'il représente une chute de plus de 20% par rapport à l'an dernier.

Un chiffre en baisse depuis 10 ans

Pour Pierre Lévy-Soussan, psychiatre spécialisé, "le nombre d'adoptions est en baisse depuis plus de dix ans ". "En 2005, la France avait 4.136 adoptions de l'international " alors qu'on compte seulement près de 1.000 enfants adoptés en 2014. "C'est une diminution qu'on enregistre dans toutes les adoptions du monde entier. "

"Le nombre d'adoptions à l'international est en baisse depuis plus de dix ans" Pierre Lévy-Soussan, psychiatre spécialisé de l'adoption
--'--
--'--
En cause : la ratification par de nombreux pays de la Convention de la Haye qui privilégie l'adoption nationale avant l'internationale, toujours selon Pierre Lévy-Soussan.

De plus, certains pays à l'image du Mali ou de la République démocratique du Congo ferment leurs portes à l'adoption internationale. D'autres durcissent leurs contrôles comme la Russie, qui s'apprête à mettre un terme aux demandes d'adoption en individuel pour accepter les seuls dossiers présentés par des organismes agréés pour l'adoption (OAA).

L'affaire de l'Arche de Zoé, révélatrice du manque d'éthique

Concernant la France, cette baisse s'expliquerait notamment par la mauvaise réputation du pays. "Nos agréments ne sont pas au niveau des exigences internationales des autres pays. L'affaire de l'Arche de Zoé a été un exemple montrant comment la France pouvait agir sans éthique sur le plan international. "

Actuellement 20.000 familles françaises disposent d'un agrément en cours de validité. Selon le docteur, elles ont cependant peu de chance de voir leur démarche aboutir : "Une grande partie de ces agréments ne répondent certainement pas aux critères internationaux de qualité ".

A LIRE AUSSI ►►► Arche de Zoé : le procès en appel s'est ouvert