Voiture de police incendiée à Paris : le parquet fait appel des trois remises en liberté

Le parquet de Paris a fait appel mercredi de la remise en liberté sous contrôle judiciaire de trois des quatre suspects dans l'enquête sur l'incendie d'une voiture de police à Paris il y a une semaine, a appris France Info auprès du parquet.

(La voiture de police incendiée le 18 mai en marge d'une manifestation contre la loi Travail © maxPPP)

Les quatre hommes, âgés de 18 à 32 ans, ont tous été mis en examen samedi, notamment pour "tentative de meurtre". Un seul a été placé en détention provisoire mardi. Des remises en liberté contestées par le secrétaire général du syndicat de policiers Synergie officiers,Patrice Ribeiro. Il avait  jugé cette décision scandaleuse : "Nous sommes scandalisés car nous avons tous vu les images de ces individus qui ont attaqué les policiers, qui ont tenté de les brûler vifs. Nous avons des décisions de justice qui ne sont pas à la hauteur. C'est un mauvais signal qui est envoyé et c'est une injustice qui est faite à nos collègues victimes de tentatives d'homicide."

 A LIRE AUSSI ►►► Voiture de police brûlée : trois des mis en examen retrouvent la liberté

Alors que des policiers manifestaient place de la République contre la "haine anti-flics" le 18 mai dernier, une quinzaine de contre-manifestants avait  attaqué et incendié une voiture de police. Une personne avait brisé la fenêtre côté conducteur et une autre avait frappé un policier. Un homme portant une capuche avait ensuite lancé un fumigène par la lunette arrière ce qui avait provoqué l'incendie de la voiture. Légèrement blessés, une femme gardien de la paix et un adjoint de sécurité qui étaient à l'intérieur, s'étaient vu prescrire 4 et 10 jours d'incapacité totale de travail. Ils sont été décorés samedi place Beauvau par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

A LIRE AUSSI ►►► Voiture incendiée : le policier n'a "pensé qu'à sa famille"