Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Allemagne : cinq néonazis accusés de crimes racistes jugés à Munich

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Beate Zschäpe, 38 ans, soupçonnée d'avoir participé à dix meurtres entre 2000 et 2007, et quatre personnes qui lui auraient fourni une aide logistique sont jugées dans la capitale bavaroise.

En Allemagne, le plus grand procès de néonazis de l'après-guerre s'est ouvert à Munich ce lundi 6 mai. Beate Zschäpe, 38 ans, accusée d'avoir participé à dix meurtres entre 2000 et 2007, est apparue devant le tribunal, sans menottes. Cette femme originaire de l'ex-RDA, seule survivante d'un trio néonazi, apparaissait en public pour la première fois depuis qu'elle s'est rendue à la police, le 8 novembre 2011, après une cavale de quatre jours à travers l'Allemagne. Elle doit répondre de sa participation présumée à neuf meurtres xénophobes, et à celui d'une policière en 2007. Elle est également soupçonnée d'être impliquée dans deux attentats contre des communautés étrangères et à quinze braquages de banque, selon l'acte d'accusation.

Deux acolytes de la jeune femme, Uwe Böhnhardt (34 ans) et Uwe Mundlos (38 ans), les meurtriers présumés, se sont donné la mort, le 4 novembre 2011 alors qu'ils étaient sur le point d'être découverts par la police. Outre Beate Zschäpe, quatre personnes soupçonnées d'avoir fourni une aide logistique au trio néonazi, dénommé Clandestinité national-socialiste (NSU), sont jugées dans la capitale bavaroise.

Face à eux, plus de 70 parties civiles, essentiellement des proches de victimes, qui entendent comprendre pourquoi la police a, selon eux, commis tant d'erreurs dans l'enquête. Les avocats des parties civiles ont souhaité que ce procès permette de faire la lumière sur les circonstances de ces meurtres qui visaient des petits commerçants, la plupart turcs ou d'origine turque, dans toute l'Allemagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.