Cet article date de plus de huit ans.

Une dispense de peine requise pour le maire "gifleur"

L'avocat général de la Cour d'appel de Douai a demandé aux jurés de dispenser Maurice Boisart de peine. En février, le maire de Cousolre (Nord) avait été condamné en première instance pour avoir giflé un adolescent.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (CRASNAULT Maxppp)

La Cour d'appel de Douai sera-t-elle indulgente avec Maurice Boisart ? Maurice Boisart pourrait être déclaré coupable mais sans aucune peine. C'est ce qu'a requis en substance jeudi l'avocat
général de la Cour d'appel de Douai. Le maire de Cousolre dans le Nord était rejugé pour avoir giflé un adolescent dans sa commune en août 2010.

En  février dernier, le tribunal d'Avesnes-sur-Helpe
l'avait condamné à 1.000 euros d'amendes avec sursis et 250 euros de dommages et
intérêts, mais ce jeudi, l'avocat général de la Cour d'appel de Douai a voulu
ramener cette affaire "à de plus justes proportions" , alors qu'elle
était devenue, selon lui, "un cocktail explosif en période pré-électorale" .
Il a écarté toute récidive du maire et a donc demandé aux jurés de déclarer
Maurice Boisart "coupable des faits qui lui sont reprochés, [mais] de le
dispenser de peine et de faire droit à une éventuelle dispense d'inscription au
bulletin des casiers judiciaires"
.

Pour l'avocat de Maurice
Boisart, Me Eric Dupond-Moretti, cette demande de dispense était une
évidence : "Une dispense de peine, bien sûr. On
n'aurait jamais du saisir la justice pour ça"
.

Le réquisitoire a été bien
accueilli par la partie civile. La décision a été mise en délibéré au 10 octobre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.