Cet article date de plus de neuf ans.

Un passager du RER meurt après son interpellation à Paris

Sept personnes ont été entendues dans l'enquête de l'Inspection générale des services pour faire la lumière sur les circonstances de ce décès.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'usager du RER E décédé après son interpellation jeudi 3 novembre en gare Haussmann-Saint-Lazare se serait montré agressif avec les autres passagers. (THOMAS COEX / AFP)

La police des polices mène l'enquête. Un usager du RER, tombé dans le coma après son interpellation jeudi à la gare du RER E Haussmann-Saint-Lazare, à Paris, est décédé vendredi 4 novembre dans l'après-midi.  

Depuis, sept personnes ont été entendues par l'Inspection générale des services (IGS), dont un agent de la Surveillance générale (Suge) de la SNCF, ayant participé à l'interpellation. Selon Le Parisien, les six autres personnes entendues sont deux policiers de la Brigade des réseaux ferrés (BRF), deux agents de la société de sécurité privée Securitas et deux employés de la SNCF.

Deux coups de matraque télescopique

Selon les premiers éléments communiqués par une source proche du dossier, ce passager, connu des services de police, se montrait "agressif avec les autres usagers" jeudi matin vers 7h. Un autre usager du RER a alors actionné une borne d'appel d'urgence. Trois contrôleurs de la SNCF et un agent de la Suge, se sont rendus sur place. L'individu aurait reçu deux coups de matraque télescopique aux jambes.

Trois policiers de la BRF, appelés en renfort, sont arrivés sur place quelques instants après et "c'est au moment de lui passer les menottes que l'homme s'est évanoui". Son autopsie devait avoir lieu samedi matin. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.