Un ex-élu FN condamné à 3.000 euros d'amende pour injure raciale

Olivier Burltat, ex élu FN de Haute-Savoie, a été condamné ce vendredi à 3.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel d’Annecy pour avoir comparé la garde des Sceaux Christiane Taubira à un singe dans un tweet publié en septembre dernier.

(Une photo publiée sur le réseau social twitter en septembre dernier a valu à Olivier Burlats 3.000 euros d'amende. Capture d'écran Twitter © DR)

Tête de liste FN aux élections de mars dernier à Seynod, en Haute-Savoie, Olivier Burlat, depuis exclu du parti, a été condamné ce vendredi à une peine de 3.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel d'Annecy. Il lui est reproché d'avoir publié, le 16 septembre dernier sur twitter, la photo d'un singe sur un vélo. Jusque là rien de répréhensible sauf que ce tweet faisait écho à un autre concernant la garde des Sceaux, Christine Taubira, adepte de ce moyen de déplacement.

 

"De l'humour [...] une simple blague"

Olivier Burlats a réagi à sa condamnation en disant "ne pas comprendre" ce qui motive ce jugement. "J'ai simplement voulu faire de l'humour. je n'ai jamais dit que le singe représentait Mme Taubira ", a-t-il déclaré.  Un procès "pour une simple blague" , avait-il encore commenté le 23 novembre dernier sur son blog. 

Ce n'est pas la première fois qu'un élu FN est visé par une action en justice pour injure raciale. En juillet dernier, Anne-Sophie Leclère, ex-candidate FN aux élections municipales à Rethel dans les Ardennes, avait été condamnée à neuf mois de prison ferme, cinq ans d’inéligibilité et à une amende de 50.000 euros par le tribunal de Cayenne pour avoir publié sur Facebook la photo de la garde des Sceaux à côté d’un petit singe.

 

"Je l’ai posté par bravade, pour me moquer des susceptibilités"

Un "abus" , selon Olivier Burlats, qui "révolte toutes les notions de justice, d’équité, de logique qui sont les miennes. Mon récent tweet découle directement de cet esprit de révolte. Je l’ai posté par bravade, pour me moquer des susceptibilités déplacées et de la répression disproportionnée qui en résulte" , avait-il expliqué sur son blog le 27 septembre dernier. Anne-Sophie Leclère a décidé de faire appel de sa condamnation, ce qu'Olivier Burlats ne fera vraissemblablement pas. "Je ne vois pas l'intérêt de m'expliquer devant des gens qui ne veulent pas m'entendre ", a-t-il déclaré après sa condamnation.

A LIRE AUSSI | Taubira comparée à un singe : 10.000 euros d'amende pour le directeur de Minute