Cet article date de plus de dix ans.

Un ancien agent de la DGSE jugé pour homicides involontaires

Un instructeur du service "action" des services de renseignement français comparaît ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Montpellier. Il est jugé pour sa responsabilité présumée dans la mort de deux agents en 2009, lors d'un exercice à l'explosif.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Google)

Ce devait être un "exercice de sensibilisation aux
effets de l'emploi de différentes charges d'explosif"
sur une voiture lors
d'un stage à Espira-de-L'Agly, dans les Pyrénées-Orientales. Mais quand il a
déclenché la charge de 10 kilos de plastic le 30 mars 2009, le sergent
instructeur Thomas Bouffard a surtout tué deux agents : un adjudant instructeur
de 35 ans et un soldat de 1ère classe de 22 ans. Les deux victimes
appartenaient au Centre parachutiste de la sécurité de Perpignan, le groupe le
plus actif des services de renseignement français.

Des agents trop sûrs d'eux

Thomas Bouffard va donc devoir répondre d'homicides
involontaires devant le tribunal correctionnel de Montpellier. D'après l'enquête,
il ne s'est pas assuré que la zone d'explosion avait été évacuée avant de
déclencher l'explosion. Il n'aurait pas non plus attendu l'ordre explicite de son chef. Une "imprudence inexplicable" , explique le
parquet de Montpellier. D'après le procureur, les formateurs
étaient "des professionnels expérimentés, des gens très sûrs d'eux" .

La défense de Thomas Bouffard explique justement qu'il y a
eu "un climat d'excès de confiance dans le service d'élite" . Le
sergent évoque le "laxisme d'un
commandement qui se repose beaucoup"
sur les subordonnés. Les deux officiers
les plus gradés de l'unité ont été entendus en juin dernier comme témoins
assistés. Ils n'ont pas été poursuivis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.