Un an de prison ferme pour "le lanceur de chat"

Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné à un an de prison ferme le jeune homme de 24 ans poursuivi pour avoir lancé violemment un chat contre un immeuble. Jugé en comparution immédiate, "le lanceur de chat" a été maintenu en détention. Il s'était fait filmer et la vidéo diffusée sur internet avait suscité de vives réactions et une pétition de protestation.

(Maxppp)

Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné à un an de
prison ferme le jeune homme qui s'était surnommé "Farid de la Morlette " sur
les réseaux sociaux
. Sous ce pseudonyme, il avait diffusé une vidéo sur internet le
montrant s'attaquer à un petit chat roux et blanc. L'animal, qu'il dit avoir
trouvé dans la rue, était jeté avec force contre le mur d'un immeuble du 15ème
arrondissement de Marseille. Des images et des gestes cruels dénoncés
vendredi par la Fondation Brigitte Bardot. Le jeune Marseillais de 24 ans
interpellé le même jour avait été écroué samedi, à l'issue de sa garde à vue. Ce
lundi, le tribunal de Marseille a ordonné le maintien en détention et
l'interdiction définitive pour le jeune homme de détenir un animal. Le petit
chat de cinq mois, appelé Oscar, a été retrouvé vivant mais souffrant d'une
patte. Il sera opéré prochainement d'une fracture.

Des nouvelles de Oscar SPA Marseille [01.02.2014]par Stphane_Aknin

Des regrets lors de l'audience et une manifestation

Présenté aux magistrats du tribunal correctionnel de
Marseille
ce lundi après-midi, le jeune homme a été condamné à un an de prison
ferme, il était passible de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros
d'amende. Lors de l'audience, le prévenu a dit ses regrets. 

"Je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai fait le con, je regrette et je ne recommencerai plus".

Visiblement, ces remords n'ont pas convaincu les magistrats. Dans son réquisitoire, le procureur Emmanuel Merlin a évoqué
de la "perversité, du sadisme et l'absence de barrière morale " de
la part d'un homme de 24 ans condamné à huit reprises par le passé, et déjà
incarcéré pour des faits de violence.

Cette affaire très médiatisée depuis la parution de la
vidéo, invisible à présent sur internet, a suscité de nombreuses réactions
choquées. Près de 200 défenseurs des animaux ont manifesté leur indignation lundi
devant le tribunal de Marseille, pendant l'audience où plusieurs associations
étaient représentées en tant que parties civiles : la Fondation Brigitte
Bardot, la SPA ou encore 30 millions d'amis. La Société protectrice des animaux
(SPA) a récupéré et soigné le chaton. L'association se dit satisfaite de la peine
et réclame plus que jamais, un "statut de l'animal ".

La vidéo du chaton maltraité et lancé contre un mur a ému de
nombreux internautes et défenseurs des animaux. Une pétition a rassemblé plus
de 100.000 signatures en quelques heures.