Cet article date de plus de cinq ans.

Trois ans avec sursis requis contre l'homme qui a aidé sa femme à mourir

En 2011, l'homme de 87 ans avait aidé sa femme, souffrant d'arthrose aiguë, à se donner la mort. Lors de son procès à Saint-Etienne ce mercredi, le procureur de la République a requis 3 ans de prison avec sursis pour non-assistance à personne en danger.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Jean Mercier avec son avocat Mickael Boulay pendant l’audience à Saint-Etienne © MaxPPP)

Trois ans de prison avec sursis ont été requis à l'encontre de Jean Mercier. L'homme de 87 ans est jugé à Saint-Etienne pour avoir aidé sa femme à mourir en 2011. Et il est poursuivi pour non-assistance à personne en danger. Sa femme, Josiane, 83 ans, souffrait chaque jour de son arthrose, elle était aussi dépressive et avait fait plusieurs tentatives de suicide.

A LIRE AUSSI ►►► Jugé pour avoir aidé sa femme à mourir : "On s'était fait une promesse. J'ai tenu parole"

"Votre épouse est morte parce que vous aviez peur d'elle" (Jean-Daniel Regnauld, procureur de la République.)

Le procureur a reproché à l'octogénaire, non pas d'avoir aidé à sa femme à se suicider, mais la non-assistance à personne en danger, en estimant que Jean Mercier aurait pu appeler les secours. "Ce n'est pas très glorieux mais il avait peur d'elle ", ajoute le procureur, qui présente une relation difficile aux cotés d'une femme malade au caractère tyrannique, selon l'expert.

"Si je ne l'avais pas fait, elle m'aurait fait des reproches énormes." (Jean Mercier)

A la fin de l'audience, Jean Mercier a demandé la parole une dernière fois : "Si je suis l'homme décrit par le procureur, je suis un lâche et je ne mérite pas de peine de prison avec sursis ". Pour lui, il n'y a pas de juste milieu : c'est soit la prison ferme, soit la relaxe. 

 

Le jugement sera rendu le 27 octobre prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.