Tarnac : le parquet fait appel de l'abandon de la qualification "terroriste"

Dans l'affaire de Tarnac, la qualification "terroriste" avait été abandonnée samedi par un juge d'instruction. Le parquet de Paris annonce ce lundi qu'il fait appel de cette décision.

(Le "groupe de Tarnac" est soupçonné d'avoir saboté des lignes TGV en 2008 © PASSEMARD/CL2P/SIPA)

Y a-t-il des intentions terroristes dans l'affaire de Tarnac ? Ce lundi, le parquet de Paris fait appel de l'ordonnance du juge d'instruction de ce dossier. Il a décidé samedi de renvoyer huit militants en correctionnelle, mais d'abandonner la qualification "terroriste" et avait choisi la qualification d'association de malfaiteurs. 

"Cette ordonnance était un camouflet difficilement supportable pour le parquet, qui reste dans une logique qui n'a rien de juridique, mais qui est une logique d'entêtement idéologique ", ont réagi Marie Dosé et William Bourdon, avocats des prévenus. Le ministère public demandait que la circonstance aggravante d'"entreprise terroriste" soit retenue à l'encontre de trois militants, dont Julien Coupat et sa compagne. En mai dernier, François Molins le procureur de Paris s'est longuement justifié et avait rappelé que Julien Coupat et son groupe était suivi. Lui, sa compagne ainsi que six autres sont soupçonnés d'avoir saboté des lignes TGV en 2008. Le dossier va être examiné par la chambre de l'instruction. 

A LIRE AUSSI ►►► Affaire du groupe de Tarnac : "Un procès en sorcellerie" (Marcel Gay)