Le discours ambigu de Tariq Ramadan interroge

Visé par deux plaintes pour viol, Tariq Ramadan est aujourd'hui soutenu ou décrié. Ses discours sur les femmes ont souvent été considérés comme ambigus

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'islamologue Tariq Ramadan est visé par deux plaintes pour viol. Henda Ayari, une ancienne salafiste, l'accuse pour des faits qui auraient été commis en 2012. "Il m'avait dis que de toute façon, je n'avais que ce que je méritais puisque je le cherchais en allait en voir et que le fait de ne pas porter le voile, que je sois habillée à l'occidentale, c'était une manière de provoquer le désir" a témoigné la jeune femme, fondatrice de l'association "Libératrices" sur France Inter.

Opposé au "machisme ancien", mais pour la lapidation des femmes

Tariq Ramadan réfute ces accusations, qui contrastent avec le discours en apparence progressiste du théologien suisse, sur la place de la femme dans l'islam. L'homme s'était notamment opposé au "machisme ancien", aux violences par rapport à l'éducation des femmes et il avait proclamé le libre-choix de la femme sur le port du voile. "L'égalité de l'être est totale entre l'homme et la femme devant Dieu", avait également rappelé le théologien. Pourtant en 2003, Tariq Ramadan avait soutenu un moratoire sur la lapidation des femmes, à la place d'une interdiction immédiate. Ses propos parfois taxés d'ambigus, divisent et interrogent.

Tariq Ramadan, le 26 mars 2016, à Bordeaux. 
Tariq Ramadan, le 26 mars 2016, à Bordeaux.  (MEHDI FEDOUACH / AFP)