Surpopulation et autres records dans les prisons françaises

Cette année, les prisons françaises battent tous les records : nombre de détenus, surpopulation, record également du nombre de prisonniers à dormir sur un matelas à même le sol.

(Des détenus dans une prison française en mars 2016 © MaxPPP)

Jamais les prisons françaises n'ont été aussi remplies et surpeuplées. Au 1er juillet, le nombre de détenus s'élève à 69 375 personnes. Record également pour la surpopulation carcérale avec 15 000 prisonniers hébergés dans des cellules trop petites. Si bien que 1 648 personnes, essentiellement des prévenus en attente de jugement, dorment sur un matelas à même le sol. La surpopulation carcérale a bien des conséquences : détenus en surchauffe, personnels épuisés, risques de radicalisation qui ne sont plus maîtrisés. C'est aussi l'abandon d''un des objectifs premiers de la détention : la préparation de la réinsertion. 

De nouvelles prisons ou des alternatives à la détention

Pour résoudre ce problème, deux types de politique pénitentiaire se sont toujours opposés : construire de nouvelles prisons ou développer les alternatives à la détention. Pour le député socialiste Dominique Raimbourg, les deux sont nécessaires. Il explique qu'il faut "5 à 6 ans " pour construire de nouvelles places de prison. Le rapporteur de la réforme pénale en 2014 estime aussi qu' "il faut penser la sortie et donc une exécution de la peine hors les murs ", "la surpopulation favorisant la récidive ". Mais Dominique Raimbourg explique qu'il y a "un problème culturel dans l'appareil de justice et aussi dans la population pour qui la seule sanction visible est la prison ". 

La peine alternative à la prison, la contrainte pénale, créée il  y a bientôt deux ans par Christiane Taubira, n'est par ailleurs jamais prononcée dans les tribunaux.