Stupéfiants, faux documents, armes : la plateforme "Le Monde Parallèle" qui proposait ses activités illégales sur le Darknet démantelée par les douaniers

Cette plateforme francophone proposait à la vente divers produits et services illicites : stupéfiants, faux document, armes, "carding", etc.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une page de code (Illustration). (NICOLAS ARMER / DPA)

Les agents de la DNRED, la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, ont démantelé sur le Darknet la plateforme "Le Monde Parallèle", qui proposait des activités illégales, annonce vendredi 21 mai Bruno Le Maire, ministre de l'Économie. Les deux administrateurs du site ont été interpellés et leurs activités ont été interrompues. La section Cyber du parquet de Paris a ouvert une enquête et a confié les investigations à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) et à l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre (OCRIEST).

Plusieurs mois d'investigation

Ce démantèlement est l'aboutissement, le 17 mai dernier, de deux visites domiciliaires menées par les agents de la DNRED à Paris et en région messine après plusieurs mois d’investigation par le service Cyberdouane sur le Darknet TOR visant à identifier les administrateurs de cette plateforme francophone. Elle proposait à la vente divers produits et services illicites (stupéfiants, faux document, armes, carding, etc.).

Ces opérations ont mobilisé une trentaine d’agents des douanes (opérationnels, analystes et spécialistes informatiques), appuyés d’officiers de police judiciaire et d’une brigade d’intervention de la police. Outre divers matériels informatiques, ces opérations ont permis de démanteler cette plateforme et de saisir des faux documents, des cartes bancaires et des cartes prépayées, plusieurs milliers d’euros en cryptomonnaies, et des preuves de leurs activités illégales sur le site.

Deux autres plateformes démantelées depuis 2018

Après les démantèlements par la DNRED des plateformes Black Hand, en 2018, et French Deep Web Market, en 2019, cette troisième opération vient "porter un nouveau coup sévère au Darknet francophone très affecté par les deux précédentes opérations". Elle devrait notamment "désorganiser encore plus profondément le trafic de drogues utilisant cette partie cachée du net pour alimenter le marché français", se réjouissent Bruno Le Maire et Olivier Dussopt.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.