Cet article date de plus de huit ans.

Six mois de prison ferme pour avoir laissé son ami ivre conduire

Décision inédite du tribunal correctionnel de Montpellier : un homme a été condamné à de la prison ferme parce qu'il avait laissé conduire son ami, ivre... Cet ami avait ensuite fauché et tué une étudiante. Un an de prison, dont six mois ferme, pour "homicide par imprudence", a tranché le tribunal.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Catherine Grain Radio France)

Lorsqu'un compagnon de beuverie se retrouve lui aussi devant la justice.. Dans la nuit du 22 décembre 2012, un homme avait fauché et tué une étudiante de 18 ans. Il avait pris la fuite, mais avait été interpellé quelques heures plus tard. La justice l'a condamné, le 2 janvier dernier, à six ans de prison pour homicide involontaire, aggravé par l'alcool, les stupéfiants, la vitesse, et la conduite sans permis.

Fin de l'histoire ? Pas tout à fait... Hier, le tribunal correctionnel de Montpellier a également condamné son compagnon de beuverie. Parce que, tout en le sachant ivre, il l'avait laissé conduire. Plus précisément, il avait pris le volant, dans un premier temps, pour rentrer chez lui, puis avait rendu les clés son ami. 

Un "homicide par imprudence"

Un an de prison dont six mois ferme, c'est une première en France. "Homicide par imprudence", a tranché le tribunal ; sa président, Claudine Laporte, estimant qu'on "ne pouvait plus rester indifférent" comme lui face à l'ivresse. Ce qui n'était pas l'avis du magistrat instructeur qui, pendant l'instruction, avait parlé d'un comportement condamnable moralement, mais pas en droit.

Question délicate, avait estimé le procureur à l'audience, avant de réclamer un an de prison ferme. L'avocat de la famille de l'étudiante avait, lui, rappelé que la Cour de cassation avait "engagé un mouvement jurisprudentiel" qui impliquera les personnes qui ont laissé conduire des personnes ivres.

L'avocat du prévenu a rappelé que son client n'avait jamais pensé être à l'origine de la mort de quiconque, et que ce décès l'avait bouleversé. Il compte faire appel de ce jugement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.