Six ans requis contre le physicien franco-algérien Adlène Hicheur

Il est soupçonné d'avoir envisagé des attentats contre la France. Le jugement a été mis en délibéré au 4 mai. 

Le physicien franco-algérien Adlène Hicheur, soupçonné d\'avoir envisagé des attentats contre la France, lors de son procès au tribunal correctionnel de Paris, le 29 mars 2012.
Le physicien franco-algérien Adlène Hicheur, soupçonné d'avoir envisagé des attentats contre la France, lors de son procès au tribunal correctionnel de Paris, le 29 mars 2012. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

Au lendemain de l'ouverture de son procès devant le tribunal correctionnel de Paris, le parquet a requis six ans de prison ferme à l'encontre du physicien franco-algérien Adlène Hicheur, vendredi 30 mars. En détention provisoire depuis deux ans et demi, il est soupçonné d'avoir envisagé des attentats contre la France. Le jugement a été mis en délibéré, tard dans la soirée. Adlène Hicheur sera fixé sur son sort le 4 mai. 

Le cœur de l'accusation repose sur des messages électroniques échangés entre le jeune chercheur détaché au Centre européen nucléaire (Cern) de Genève et un responsable supposé d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Mustapha Debchi. Dans l'un d'eux, Hicheur évoquait une cible militaire près d'Annecy.

Le procès du physicien prend une dimension particulière dans le contexte des tueries de Toulouse et Montauban perpétrées par Mohamed Merah. Le jugement devrait être rendu dans la soirée.