Seine-Saint-Denis : un habitant de Montreuil soupçonné d’avoir volé 46 tableaux à son voisin brocanteur

Le suspect a été placé sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné d'avoir commis huit cambriolages chez un brocanteur, âgé de 73 ans, qui habite dans la même rue.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Brocante, tableaux (illustration) (SYLVESTRE / MAXPPP)

Un habitant de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a été déféré mardi 9 février devant le parquet de Bobigny et placé sous contrôle judiciaire dans l’attente de son procès, a appris franceinfo de source proche du dossier. Le suspect, âgé de 28 ans et de nationalité portugaise, est soupçonné d’avoir commis huit cambriolages chez un brocanteur âgé de 73 ans qui habite la même rue, entre 2016 et 2018.

Selon cette source, il profitait des absences du brocanteur septuagénaire pour lui dérober des tableaux et objets d’art. Lors du dernier cambriolage, il a reconnu avoir démonté une partie de la toiture et être reparti avec une dizaine de toiles. Au total, il est soupçonné d’avoir dérobé 46 tableaux à son voisin. Il tentait ensuite de revendre ces tableaux auprès de professionnels parisiens spécialisés dans le domaine de l’art.

Préjudice estimé à 100 000 euros

C’est fin janvier que les enquêteurs du groupe de répression de vol des objets d’art de la police judiciaire parisienne, qui fait partie de la brigade de répression du banditisme (BRB), ont été alertés par la présence d’un tableau mis en vente au prestigieux hôtel Drouot à Paris. Il apparaissait dans le fichier qui recense les œuvres d’art volées.

L’enquête a finalement permis de remonter au voisin du brocanteur. Lors de la perquisition menée ce début de semaine à son domicile de Montreuil, plus d’une quarantaine de tableaux et d’objets d’art ont été découverts. Presque tous appartenaient à son voisin brocanteur, à qui ils ont été remis. Le préjudice de l’ensemble de ces vols avoisine les 100 000 euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.