Rixe mortelle de l'A13 : des peines de 5 à 20 ans de prison pour les huit agresseurs

Des peines de cinq à vingt ans de prison ferme ont été prononcées ce vendredi soir par la cour d'Assises des Yvelines, à l'encontre de huit jeunes ayant battu à mort un automobiliste sur l'autoroute A13 en juin 2010. Ils avaient été appelés en renfort par une amie qui avait eu un accident avec la victime. L'avocate générale avait requis des peines de 14 à 30 ans de prison. L'avocate des parties civiles estime que la famille de la victime est satisfaite de ces peines.

(Maxppp)

Un déchaînement de violence. Comment qualifier autrement ce qui s'est passé ce 27 juin 2010 sur l'autoroute A13, à hauteur des Mureaux, dans les Yvelines. Après un accrochage, une conductrice refuse de faire un constat à l'amiable, et appelle ses amis à la rescousse. Cette petite bande va s'acharner sur Mohamed Laidouni, 30 ans, qui décèdera sous les coups de ses agresseurs, venus de la cité des Musiciens, aux Mureaux, et sous les yeux de ses proches.

La cour d'Assises des Yvelines, qui jugeait depuis le 8 avril dernier dix personnes en tout, a rendu son verdict vendredi soir, après dix heures de délibération. Huit personnes ont été condamnées à des peines de prison allant de 5 à 20 ans de prison. Parmi eux, trois ont été condamnés pour meurtre, ils écopent de 20 ans de réclusion criminelle. Un quatrième accusé a été condamné pour homicide volontaire à 18 ans de prison. La conductrice de la voiture accidentée a quant à elle écopé de quatre ans de prison, dont un an avec sursis. Le dernier mis en cause a lui été condamné à quatre ans de prison, dont deux avec sursis. L'avocate générale avait réclamé de 14 à 30 ans de prison ferme à l'encontre des huit agresseurs.

Selon Maître Anastasia Pitchouguina, avocate des parties civiles : "La famille de la victimes est satisfaite de la décision. Les personnes qui ont frappé Mohamed sont condamnées pour meurtre. C'est le principal" .

Un regret restera cependant au cours de ce procès, le silence des accusés. Tout juste l'un d'eux aura murmuré quelques excuses.