Cet article date de plus de huit ans.

Rixe mortelle d'Echirolles : un des douze accusés "ne regrette rien"

C'est une information qui choque les familles des deux victimes, Kevin et Sofiane, lynchés dans un parc en septembre 2012, près de Grenoble. Alors que le procès s'est ouvert lundi, on apprend aujourd'hui que trois des douze accusés ont publié ces derniers mois des statuts Facebook depuis leurs cellules de prison, dans lesquels l'un dit "ne rien regretter".
Article rédigé par Stéphane Pair
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Le procès de la rixe mortelle d'Echirolles se tient à huis clos jusqu'au 11 décembre © MaxPPP)

Les proches des victimes contactés par France Info sont formels : ce sont bien trois des douze accusés qui ont publié en prison ces derniers mois, sous pseudo, photos et statuts sur les réseaux sociaux.

A LIRE AUSSI ►►► Ouverture du procès d'Echirolles sous haute surveillance

Sur leurs profils Facebook, qu’ils ont apparemment désactivés juste avant l’ouverture du procès, les accusés, dont deux frères, posent dans leurs cellules. Les visages ne sont pas floutés. L’un d'eux fume un joint, un autre prend la pose dans une piscine gonflable, tandis qu'un troisième fait le "V" de la victoire. Dans un statut, l’un des meurtriers présumés écrit :

"Des erreurs ont troublé mon passé, mais je ne regrette rien de tout ce que j’ai fait."

Ces statuts pèseront-ils sur la suite du procès ?

Ces statuts et ces photos sont restés en ligne plusieurs mois, affirment les proches de Kevin et Sofiane qui ont révélé l'information. Hier soir, les avocat des accusés n’étaient pas joignables pour commenter les actes de leur clients en détention. 

A LIRE AUSSI  ►►► Drame d'Echirolles : tout ce qu'il faut savoir

Alors que la Cour d’assises des mineurs de Grenoble vient de décider du huis clos afin de protéger les accusés mineurs et de préserver "la sérénité des débats" , ces photos, mais surtout ces statuts sonnent comme un affront direct aux familles des victimes. Et pèseront peut-être sur la suite des débats.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.