Rennes : Maryvonne va pouvoir récupérer sa maison squattée

La justice vient de mettre fin à une polémique qui agite la Bretagne depuis plusieurs semaines. Le tribunal d'instance de Rennes a ordonné vendredi matin l'expulsion, sans délai, des squatteurs qui occupent depuis 18 mois la maison de Maryvonne Thamin, 83 ans. Une décision motivée par l'état de délabrement de la maison de l'octogénaire.

(La maison de Maryvonne Thamin à Rennes © Maxppp)

La maison de Maryvonne Thamin est située à côté de la gare de Rennes. Depuis 18 mois, elle est occupée par des squatteurs, privant l'octogénaire de son logement, qu'elle n'occupait plus, mais qu'elle souhaitait réinvestir. Vendredi matin, le tribunal de Rennes a finalement ordonné l'expulsion des squatteurs, au motif que la maison est délabrée. 

Maryvonne Thamin avait quitté sa maison il y a plusieurs années pour s'installer avec son compagnon. Au décès de ce dernier, la vieille dame a voulu revenir dans son logement. Problème, ce dernier était occupé par plusieurs personnes. Une occupation illicite mais que seule une décision de justice pouvait faire cesser. Une disposition de la loi Dalo de 2007 stipule en effet qu'un propriétaire a un délai de 48 heures après une intrusion pour faire expulser des squatteurs par la police, après quoi il doit saisir la justice. 

L'histoire de Maryvonne avait provoqué plusieurs manifestations ces dernières semaines, en faveur de la vieille dame mais aussi pour prendre la défense des occupants de l'habitation. Des squatteurs qui, dans un communiqué, avaient déclaré être  "tous dans une situation de grande précarité", assurant n'avoir "pas commis de violation de domicile dans cette maison à l'abandon dans un quartier en proie à la spéculation immobilière".