Rémi Fraisse : un an après, il "attend dans une boite" se désespère sa mère

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, le corps de Rémi Fraisse, 21 ans, avait été retrouvé sur le site du projet contesté du barrage de Sivens après des heurts opposent des militants à des gendarmes. L'enquête est toujours en cours.

(Au lendemain de la mort de Rémi Fraisse, des fleurs et des bougies sur le site © FRED SCHEIBER/SIPA)

 Un an après sa mort, le nom de Rémi Fraisse est devenu malgré lui un emblème. Et pour ses parents, qui ont porté plainte pour homicide volontaire, la douleur est toujours vive. 

"C'est un peu difficile, Rémi n'est toujours ni enterré ni incinéré. Il attend dans une boite, dans un HLM de cercueils. Parce qu'il peut y avoir des expertises supplémentaires"  se désespère sa mère, Véronique. Je me disais que pour arriver à faire le deuil de cet enfant que nous avons tant aimé, il allait falloir faire le deuil de ce prénom et de ce nom qui ne nous appartiennent plus. Et qui nous fait souffrit à chaque fois qu'il est mal utilisé."

Et alors que l'enquête judiciaire est toujours en cours, elle dénonce : "Il y a eu toute une stratégie pour le faire passer pour un casseur et pour justifier cette mort. Il y a plein d'infractions dans ce dossier. On ne va pas attendre que soit prononcé un non-lieu".

Rémi Fraisse : un an après, il "attend dans une boite" se désespère sa mère - reportage Frédéric Bourgade
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►►  Jean-Pierre Fraisse : "On a utilisé contre mon fils une grenade de guerre"

A LIRE AUSSI ►►►  Rémi Fraisse : la Ligue des Droits de l'Homme dénonce une "violence considérable"

A LIRE AUSSI ►►►  Sivens : le conseil général du Tarn réduit le projet de barrage

A LIRE ICI ►►► La tribune que les parents et la soeur de Rémi Fraisse ont publiée cette semaine dans Le Monde.