Procès : un policier entendu par la cour d'assises de Reims pour une interpellation

Publié
Procès : un policier entendu par la cour d'assises de Reims pour une interpellation
Article rédigé par
E.Lagarde, T.Chammah, P.Lhermitte T.Doudoux, France 3 Champagne-Ardenne France 3 Corse, H. Dugue - France 2
France Télévisions

Le procès d'un policier s'est ouvert à Reims, dans la Marne, mardi 4 octobre. Il est accusé d'avoir infligé une blessure grave à un supporter de foot, qui a perdu son œil. 

Mardi 4 octobre, à Reims (Marne), s'ouvre le procès d'un policier, renvoyé aux assises pour avoir blessé gravement un supporter de foot. Il y a six ans, lors de son interpellation en marge d'un match opposant Reims à Bastia (Haute-Corse), Maxime Beux a perdu un œil. "Ce sera plus facile, je pense, de faire deuil de ce qui m'est arrivé ce soir-là, s'il y a une cour d'assises qui me donne raison", assure Maxime Beux, victime. Le policier accusé conteste les faits. En février 2016, des échauffourées éclatent à Reims entre les supporters ultras de Bastia et la police. Un agent de la Bac poursuit Maxime Beux, qui perd un œil pendant son interpellation.  

Une matraque télescopique aurait causé la blessure 

"Selon les déclarations du policier, c'est à cet instant que l'individu aurait chuté et serait tombé, tête la première, sur un des poteaux qui borde le parcours du tram", relate François Belargent, procureur de la République de Reims. Le policier avait été mis en examen trois ans après les faits, et les experts ont affirmé qu'un coup de matraque télescopique serait à l'origine de la blessure.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.