Procès Neyret : le déballage des cadeaux "bling-bling" de l'ancien flic

Séjours au Maroc ou sur la Côte d'Azur, montre à 30.000 euros, Rolls et Ferrari… le tribunal est revenu ce lundi sur tous ces cadeaux offerts par ses indics à l'ancien numéro 2 de la police lyonnaise. "Une imprudence totale" selon lui mais pas de corruption.

(© maxPPP)

La deuxième semaine du procès de Michel Neyret, ex-numéro 2 de la police judiciaire lyonnaise s'est ouverte ce lundi. Le tribunal correctionnel de Paris a évoqué les différents cadeaux reçus par Michel Neyret de la part de deux de ses indics, Gilles Benichou et Stéphane Alzraa. Parmi ces cadeaux des invitations de voyage à Marrakech, sur la Côte d'Azur et en Corse pour une valeur estimée à 30. 000 euros. L'ancien flic évoque des cadeaux pour son anniversaire, des marques "d'amitié, pour me faire plaisir. "

Plusieurs témoignages lus à l'audience évoquent le style "bling-bling" de Michel Neyret qui aimait "avoir des billets de 500 dans ses poches " selon son épouse. Et payer des bouteilles de champagne en boîte de nuit. L'ancien flic avoue avoir été "séduit " par le mode de vie de son indic, Stéphane Alzraa qui lui a prêté ses Rolls et ses Ferrari et payé des masseuses dans sa luxueuse villa cannoise.

Il aimait "avoir des billets de 500 dans ses poches"

Pas de Rolex pour Michel Neyret mais une montre "Pacha" de Cartier à 30.000 euros. Elle lui a été offerte par son autre indic Gilles Benichou, qui le remerciait de lui avoir permis de faire de la figuration dans le film "Les Lyonnais" d'Olivier Marchal.  L'ancien policier le concède :  "C'est démesuré mais pour lui c'était un rêve d'enfant. "

A la barre, Michel Neyret reste sur sa position : il refuse d'être considéré comme corrompu ou malhonnête. Même s'il avoue; comme il l'a déjà dit au premier jour du procès, "une imprudence totale " et "s'être fait manipuler ."

A LIRE AUSSI ►►► Première semaine de procès, Michel Neyret explique avoir été "manipulé" par ses indics