Procès des attentats de janvier 2015 : retrouvez le témoignage du joggeur blessé par balles le soir de l'attaque à "Charlie"

La cour d'assises spéciale de Paris s'est penché jeudi sur la mystérieuse tentative d'assassinat dont un joggeur a fait l'objet près de la capitale le soir de l'attaque à "Charlie Hebdo".

Le pupitre du prétoire dans la salle d\'audience dédiée au procès des attentats de janvier 2015, au tribunal judiciaire de Paris, le 27 août 2020.
Le pupitre du prétoire dans la salle d'audience dédiée au procès des attentats de janvier 2015, au tribunal judiciaire de Paris, le 27 août 2020. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Le 7 janvier 2015 dans la soirée, un joggeur est grièvement blessé par balles à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). Est-ce Amedy Coulibaly qui lui a tiré dessus pour tester son arsenal avant d'abattre, le lendemain, la policière municipale Clarissa Jean-Philippe à Montrouge, puis de tuer quatre personnes à l'Hyper Cacher, porte de Vincennes à Paris ? L'enquête n'a pas pu le déterminer. Le joggeur livre son témoignage devant la cour d'assises spéciale de Paris, jeudi 17 septembre, au 12e jour du procès des attentats de janvier 2015. Avant lui, un enquêteur a été auditionné pour retracer les faits de cette soirée.

 Des proches des frères Belhoucine entendus jeudi après-midi. Trois témoins sont convoqués à la barre pour parler des personnalités de Mohamed et Mehdi Belhoucine. Leur audition était initialement prévue le 4 septembre mais a été décalée. Mohamed Belhoucine a écrit la prestation d'allégeance à l'Etat islamique d'Amedy Coulibaly. Il a créé des adresses mail permettant au terroriste de recevoir des instructions. Les juges le considèrent comme l'un des principaux complices. Mehdi Belhoucine s'est radicalisé au côté de son frère aîné. Sa mission était de "mettre à l'abri" en Syrie Hayat Boumeddiene, l'épouse religieuse d'Amedy Coulibaly. Les deux frères sont jugés par défaut, les témoignages de leurs proches sont donc indispensables.

 L'ombre des absents plane sur le procès. Hayat Boumeddiene est elle aussi jugée par défaut. La dernière image connue de l'accusée date du 2 janvier 2015. On la voit alors à l'aéroport de Madrid, aux côtés de Mehdi Belhoucine. Ils s'apprêtent à prendre un avion pour Istanbul, d'où ils rejoindront la Syrie, pour rallier le groupe Etat islamique. Depuis, un mandat d'arrêt a été prononcé contre elle. Est-elle encore vivante ? Plusieurs éléments le laissent penser, y compris les témoignages de ses proches à l'audience, livrés le 4 septembre. En revanche, les frères Belhoucine sont donnés pour mort. Les deux hommes auraient été tués en Syrie, mais les décès ne peuvent pas être officiellement confirmés.

 Les témoignages poignants de Michel Catalano et de son employé. Le gérant de l'imprimerie de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), où les frères Kouachi s'étaient retranchés lors de leur cavale en région parisienne après la tuerie de Charlie Hebdo, était appelé à la barre, mercredi après-midi. "Tant que Lilian était à l'intérieur, j'avais le souffle coupé", a-t-il raconté à propos de son employé resté caché plus de huit heures dans les locaux. Ce dernier a lui aussi témoigné devant la cour d'assises spéciale de Paris. Il est revenu sur "le moment le plus marquant", celui où Saïd Kouachi est venu se laver les mains dans l'évier sous lequel il était caché : "L'eau ruisselait dans mon dos, j'avais peur, j'étais tétanisé, mon cerveau et mon cœur étaient en pause, c'était irréel."

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PROCES_ATTENTATS

22h36 : Petite pause dans ce direct pour s'attarder sur les contenus qu'il ne fallait pas manquer aujourd'hui sur franceinfo.fr :

Notre article qui revient sur la rentrée universitaire qui connaît déjà des tensions en raison de la pandémie, d'amphis surchargés et de fermetures de classes.

• Le compte-rendu d'audience du jour. La cour d'assises spéciale s'est penchée aujourd'hui sur la tentative d'assassinat de Romain, alors âgé de 33 ans, à Fontenay-aux-Roses, le 7 janvier 2015, quelques heures après l'attaque contre Charlie Hebdo.

22h10 : Cinq après les faits, Romain ne sait toujours pas qui a tenté de le tuer. Comment vit-il le fait d'ignorer. "On le vit mal, on n'est pas bien, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise d’autre", hausse-t-il les épaules. Quant au mobile, il reste lui aussi sans réponse. Mais l'enquêteur a son hypothèse : "Ses armes sont démilitarisées et remilitarisées, donc peu fiables. Est-ce qu'Amedy Coulibaly a voulu faire un essai avant de passer à l'action ? C'est possible." Notre article est consultable par ici.

22h07 : La cour d'assises spéciale s'est penchée aujourd'hui sur la tentative d'assassinat de Romain, alors âgé de 33 ans, à Fontenay-aux-Roses, le 7 janvier 2015, quelques heures après l'attaque contre Charlie Hebdo. Romain a été blessé par plusieurs balles. L'expertise balistique confirme que l'arme utilisée contre Romain est celle retrouvée à l'Hyper Cacher, un Tokarev modèle TT33. Retrouvez le compte-rendu de cette journée dans cet article de notre journaliste Catherine Fournier.




(ELISABETH DE POURQUERY / FRANCEINFO)

20h13 : #CORONAVIRUS Il est un peu plus de 20 heures, voici un nouveau rappel des principaux titres :

"Si la situation sanitaire ne s'améliore pas dans les territoires pour lesquels des mesures fortes ont déjà été prises, particulièrement Marseille et la Guadeloupe, il faudra sans doute prendre des mesures encore plus fortes", a prévenu Olivier Véran dans son premier point hebdomadaire sur la situation épidémique en France. Le ministre de la Santé a ajouté avoir demandé aux préfets du Rhône et des Alpes-Maritimes de proposer, d'ici samedi, de nouvelles mesures pour endiguer l'épidémie. Il est l'invité du journal de 20 heures de France 2. Suivez la situation en direct.

Santé publique France comptabilise 10 593 nouveaux cas de contamination en 24 heures, un record sur une journée. Quelque 3223 malades du Covid ont été hospitalisés sur les sept derniers jours, dont 535 en réanimation.

La cour d'assises spéciale de Paris s'est penchée, aujourd'hui, sur la mystérieuse tentative d'assassinat d'un joggeur, le soir de l'attaque à Charlie Hebdo, qui aurait pu être le fait d'Amedy Coulibaly. La cour examine maintenant la personnalité de deux accusés jugés par défaut, les frères Belhoucine.

• L'Etat islamique revendique l'assassinat de huit personnes, dont six humanitaires français, au Niger le 9 août.

18h12 : Il est un peu plus de 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

"Si la situation sanitaire ne s'améliore pas dans les territoires pour lesquels des mesures fortes ont déjà été prises, particulièrement Marseille et la Guadeloupe, il faudra sans doute prendre des mesures encore plus fortes", a déclaré Olivier Véran dans son premier point hebdomadaire sur la situation épidémique en France. Il a ajouté avoir demandé aux préfets du Rhône et des Alpes-Maritimes de proposer, d'ici samedi, de nouvelles mesures pour endiguer l'épidémie.
• L'OMS s'inquiète du niveau "alarmant" de transmission du virus et des raccourcissements de quarantaine en Europe. "Les chiffres de septembre devraient servir d'alarme pour nous tous" à travers l'Europe, où le nombre de nouveaux cas est désormais supérieur à ceux enregistrés en mars et avril, a déclaré le directeur de la branche Europe de l'OMS, Hans Kluge.
Aujourd'hui, la cour d'assises spéciale de Paris s'est penchée sur la mystérieuse tentative d'assassinat d'un joggeur, le soir de l'attaque à Charlie Hebdo, qui aurait pu être le fait d'Amedy Coulibaly. La cour examine maintenant la personnalité de deux accusés jugés par défaut, les frères Belhoucine. Des témoins doivent parler. Suivez le procès en direct.

15h35 : Au procès des attentats de janvier 2015, la cour d'assises spéciale de Paris se penche sur la tentative d'assassinat de Romain D. Le soir de l'attaque à Charlie Hebdo, il a été visé par des tirs alors qu'il faisait son jogging. L'enquête n'a pas pu déterminer s'ils provenaient d'Amedy Coulibaly, qui testait son arsenal.

14h15 : Il est 14 heures et des poussières, voici un nouveau point sur l'actualité :

• L'OMS s'inquiète du niveau "alarmant" de transmission du virus et des raccourcissements de quarantaine en Europe. "Les chiffres de septembre devraient servir d'alarme pour nous tous" à travers l'Europe, où le nombre de nouveaux cas est désormais supérieur à ceux enregistrés en mars et avril, a déclaré le directeur de la branche Europe de l'OMS, Hans Kluge.
"Pour un autre avenir" : la CGT, Solidaires et la FSU ouvrent la rentrée syndicale aujourd'hui avec un appel à la grève et aux manifestations partout en France, contre les suppressions d'emploi et pour des hausses de salaires, en cette période de crise. Les premiers cortèges, plutôt clairsemés, se sont élancés dans plusieurs villes comme Marseille, Toulouse, Bayonne... A Paris la manifestation part à 14 heures.
Le fabricant de pneus japonais Bridgestone a annoncé hier vouloir fermer son usine de Béthune dans le Pas-de-Calais à l'horizon 2021.Vu du Japon, c'était une obligation. "Nous n'avions pas le choix", a expliqué Samaro Ijima, le porte-parole au siège du fabricant de pneus à Tokyo, à franceinfo.
Aujourd'hui, la cour d'assises spéciale de Paris se penche sur la mystérieuse tentative d'assassinat dont un joggeur a fait l'objet près de la capitale le soir de l'attaque à Charlie Hebdo. Est-ce Amedy Coulibaly qui lui a tiré dessus pour tester son arsenal ? L'enquête n'a pas pu le déterminer. Le joggeur doit témoigner à la barre. Suivez le procès en direct.

12h27 : Voici un nouveau point sur l'actualité en ce milieu de journée :

Le fabricant de pneus japonais Bridgestone a annoncé hier vouloir fermer son usine de Béthune dans le Pas-de-Calais à l'horizon 2021.Vu du Japon, c'était une obligation. "Nous n'avions pas le choix", a expliqué Samaro Ijima, le porte-parole au siège du fabricant de pneus à Tokyo, à franceinfo.

"Pour un autre avenir" : la CGT, Solidaires et la FSU ouvrent la rentrée syndicale aujourd'hui avec un appel à grèves et à manifestations partout en France, contre les suppressions d'emploi et pour des hausses de salaires, en cette période de crise. Les premiers cortèges se sont élancés dans plusieurs villes comme Marseille, Toulouse, Bayonne... A Paris la manifestation partira à 14 heures.

Toulouse, Montpellier, Rennes, Lille, Lyon, Strasbourg ou encore Nantes... Partout sur le territoire, les universités et les grandes écoles sont confrontées à la multiplication des cas de coronavirus alors que la rentrée étudiante débute à peine. On dresse la situation.


Aujourd'hui, la cour d'assises spéciale de Paris se penche sur la mystérieuse tentative d'assassinat dont un joggeur a fait l'objet près de la capitale le soir de l'attaque à Charlie Hebdo. Est-ce Amedy Coulibaly qui lui a tiré dessus pour tester son arsenal ? L'enquête n'a pas pu le déterminer. Le joggeur doit témoigner à la barre. Suivez le procès en direct.

11h30 : Retour au tribunal judiciaire de Paris, où se déroule le procès des attentats de janvier 2015. L'ex-chef du service départemental de la police des Hauts-de-Seine s'exprime devant la cour d'assises spéciale de Paris. Il revient sur la tentative d'assassinat du joggeur à Fontenay-aux-Roses, dans la soirée du 7 janvier 2015, puis sur l'assassinat de Clarissa Jean-Philippe le lendemain à Montrouge, selon notre journaliste Catherine Fournier qui suit les débats.

09h19 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité dans la matinée :

Toulouse, Montpellier, Rennes, Lille, Lyon, Strasbourg ou encore Nantes... Partout sur le territoire, les universités et les grandes écoles sont confrontées à la multiplication des cas de coronavirus alors que la rentrée étudiante débute à peine. On dresse la situation.

La décision du groupe japonais de pneumatiques Bridgestone de fermer son usine de Béthune (Pas-de-Calais) est "révoltante", a affirmé le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, assurant que le gouvernement allait se "battre" pour trouver une solution.

"Pour un autre avenir" : la CGT, Solidaires et la FSU ouvrent la rentrée syndicale aujourd'hui avec un appel à grèves et à manifestations partout en France, contre les suppressions d'emploi et pour des hausses de salaires, en cette période de crise.

Lors de leur cavale, en janvier 2015, les frères Kouachi se sont retranchés dans une imprimerie de Seine-et-Marne. La cour d'assises spéciale a entendu hier les récits poignants et terrifiants du patron de l'entreprise et de son employé, caché sous un lavabo pendant près de huit heures. Notre journaliste Catherine Fournier revient sur cette journée d'audience.

09h15 : Les faits concernant l'assassinat de Clarissa Jean-Philippe à Montrouge seront abordés demain. Aujourd'hui, la cour d'assises spéciale de Paris se penche sur la mystérieuse tentative d'assassinat dont un joggeur a fait l'objet près de la capitale le soir de l'attaque à Charlie Hebdo. Est-ce Amedy Coulibaly qui lui a tiré dessus pour tester son arsenal ? L'enquête n'a pas pu le déterminer. Le joggeur doit témoigner à la barre. En attendant, vous pouvez relire le compte rendu de l'audience d'hier écrit par Catherine Fournier.

09h15 : Avant son départ pour Paris, Kelly Babo et Marc Balssa de Martinique La 1ère ont rencontré Marie-Louisa Jean-Philippe, chez elle, en Martinique. Chez elle, tout vient rappeler le souvenir de sa fille : des photos, des vêtements, des objets personnels et même son képi qu'elle portait lorsqu'elle a été assassinée.




08h50 : "Faire avec". Faire aussi avec deux cancers contre lesquels elle se bat. Des problèmes de santé qui se sont aggravés depuis le décès de Clarissa. Au départ, elle ne voulait pas venir au procès des attentats de janvier 2015. Mais son avocat l'a finalement convaincue. Elle prendra le temps de rester jusqu'au verdict mi-novembre.

08h50 : Le 8 janvier 2015, Clarissa Jean-Philippe, policière municipale, est abattue en pleine rue à Montrouge par Amedy Coulibaly. Marie-Louisa, sa mère, est fatiguée, usée par la souffrance, par le manque et le vide. Mais c'est une mère combattante qui a fait 7 000 km depuis son île de Martinique pour assister au procès des attentats de janvier 2015. "C'est une angoisse et j'ai peur. Il faut tenir pour elle. Je tiens mais ce n'est pas facile. On fait avec", a-t-elle confié à franceinfo.

Marie-Louisa, mère de Clarissa Jean-Philippe, entourée de ses avocats, Charles Nicolas et Laurent Hatchi.


(MARGAUX STIVE / RADIO FRANCE)

07h43 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité en ce début de matinée :

La France a enregistré près de 10 000 nouveaux cas de Covid-19 dans les dernières 24 heures, tout près de son niveau record depuis le lancement des tests à grande échelle dans le pays, selon Santé Publique France.

"Pour un autre avenir" : la CGT, Solidaires et la FSU ouvrent la rentrée syndicale avec aujourd'hui un appel à grèves et à manifestations partout en France, contre les suppressions d'emploi et pour des hausses de salaires, en cette période de crise.

Lors de leur cavale, en janvier 2015, les frères Kouachi se sont retranchés dans une imprimerie de Seine-et-Marne. La cour d'assises spéciale a entendu hier les récits poignants et terrifiants du patron de l'entreprise et de son employé, caché sous un lavabo pendant près de huit heures. Notre journaliste Catherine Fournier revient sur cette journée d'audience.

La Ligue de football professionnel a annoncé deux matchs ferme de suspension pour Neymar après les incidents survenus lors de la rencontre PSG-OM. La LFP a également annoncé l'ouverture d'une enquête après les propos racistes dont le Brésilien aurait été victime.