DIRECT. "C’est pas possible d’enlever la vie à un enfant de 20 ans", témoigne le père de Yohan Cohen, mort lors de l'attentat de l'Hyper Cacher

Après avoir retracé le déroulé de la prise d'otages, au cours de laquelle quatre hommes, tous juifs, ont été tués, le 9 janvier 2015, la cour d'assises spéciale de Paris entend les familles des hommes assassinés et les rescapés.

Une commémoration devant l\'Hyper Cacher de la porte de Vincennes en mémoire aux victimes des attentats de janvier 2015, le 7 janvier 2020.
Une commémoration devant l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes en mémoire aux victimes des attentats de janvier 2015, le 7 janvier 2020. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Au procès des attentats de janvier 2015, la cour d'assises spéciale de Paris revient sur la journée du 9 janvier 2015, lorsqu'Amedy Coulibaly prend en otages les clients et le personnel de la supérette Hyper Cacher de la porte de Vincennes à Paris, armé d'un fusil d'assaut, de pistolets et de bâtons d'explosifs. Le terroriste assassine quatre hommes, tous juifs. Leurs proches, ainsi que des rescapés, dont l'ex-caissière Zarie Sibony et l'ancien magasinier Lassana Bathily, témoignent à la barre mardi 22 septembre. Suivez l'audience en direct.

"L'impression de nous enterrer vivant." Caissière de l'Hyper Cacher, Zarie Sibony a raconté au micro de franceinfo la prise d'otages. "Au début, je pensais qu'il était venu pour l'argent. Parce que pour moi, même si ce n'est pas croyable, on ne peut pas tuer pour rien", se souvient-elle. Malgré les cinq ans et demi qui ont passé, elle se souvient de chaque détail de cette terrible journée. Face à elle se trouve un homme armé jusqu’aux dents : deux Kalachnikov sous le bras, son sac de sport est rempli de grenades, de bâtons de dynamite et de couteaux. Musclé, visiblement entraîné au combat, il est là pour tuer.

"Il était froid, déterminé." Appelé à la barre pour décrire le déroulé de cette attaque, un enquêteur de la brigade criminelle de Paris insiste sur la "violence" du jihadiste de 32 ans : Amedy Coulibaly n'avait "aucune empathie pour les victimes". "Il n'a jamais été question de reddition. Il a dit aux otages qu’il était prêt à mourir en martyr", a-t-il expliqué. A l'audience, des images des caméras de vidéosurveillance du magasin ont été projetées, mais pas celles réalisées par le terroriste avec une Go Pro.

Anne Hidalgo auditionnée. La maire de Paris a été entendue lundi comme témoin, malgré l'opposition d'une majorité des avocats de la défense qui ont quitté la salle d'audience en signe de protestation. "Faire venir le maire de Paris au dernier moment, sans aucune discussion entre les parties, relève un peu du folklore", a déclaré à franceinfo Jean Chevais, l'un des avocats de la défense. Madame Hidalgo est allée sur place une fois que les faits ont été commis et elle n'est pas en lien direct."

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PROCES_ATTENTATS

22h13 : Un peu de lecture pour la soirée ? Voici les contenus qu'il ne fallait pas manquer aujourd'hui sur franceinfo.fr :



Notre carte pour voir si votre département fait partie des 55 classés en "zone de circulation du virus".


Coups de fil manqués, recommandations floues...Face à l’accélération de l’épidémie de Covid-19, les failles du dispositif de traçage des cas contacts sont nombreuses.


"J’ai eu dix minutes pour préparer un sac" : Marika Bret, la DRH de Charlie Hebdo, a été contrainte de quitter son domicile après avoir reçu des menaces. Voici son témoignage.

15h12 : On retourne au tribunal judiciaire de Paris pour suivre l'audience du jour, retranscrite par notre journaliste Catherine Fournier sur Twitter. L'après-midi est marquée par l'audition de la sœur d'une des victimes de l'Hyper Cacher, Michel Saada.

15h08 : "On voit bien qu'on est dans la terreur et cette terreur est d'autant plus prégnante aujourd'hui que la menace est toujours là."

Après que la DRH de Charlie Hebdo a été contrainte de déménager en urgence en raison de menaces, l'Association française des victimes du terrorisme déplore le climat de peur qui entoure le procès des attentats de janvier 2015.




(STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

12h21 : Il est midi, l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité :

• Le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte, est entendu ce matin par la police financière, à Paris, dans l'enquête sur ses liens avec le groupe Altrad, propriétaire de Montpellier et sponsor des Bleus, qui ont empoisonné une partie de son mandat.


• Un record de deux millions de cas de Covid-19 ont été enregistrés la semaine dernière tandis que le nombre de décès a diminué de 10%, selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé. Suivez notre direct.

• La parole est aux proches des victimes. La cour d'assises spéciale de Paris entend aujourd'hui les familles des quatre hommes assassinés en janvier 2015 à l'Hyper Cacher, ainsi que les rescapés. Suivez notre direct.


Deux suspects ont été interpellés dans l'enquête sur l'enlèvement et le viol d'une enfant de 9 ans, hier, à Villiers (Vienne), a appris franceinfo, confirmant une information d'Europe 1. La fillette avait été enlevée alors qu'elle allait chercher du pain à pied.

11h16 : Pour l'instant, la parole est encore aux proches des victimes assassinées à l'Hyper Cacher. Après le père de Yohan Cohen, c'est la veuve de Philippe Braham qui est entendue à la cour d'assises spéciale de Paris. Voici son témoignage, retranscrit par notre journaliste Catherine Fournier, qui assiste au procès.

11h15 : "La crainte, c'est qu'ils soient visibles et qu'ils puissent être retrouvés. Ils vivent vraiment dans cette angoisse. Et c'est là que l'on voit que longtemps après les faits, cela ne se dissipe pas."

Zarie Sibony, la caissière de l'Hyper Cacher, va témoigner cet après-midi devant la cour d'assises spéciale de Paris. Elle sera peut-être la seule ex-otage de confession juive à prendre la parole. Les autres craignent de subir des représailles.

10h19 : Revenons au procès des attentats de janvier 2015, où se trouve notre journaliste Catherine Fournier. Le père de Yohan Cohen, manutentionnaire à l'Hyper Cacher et première victime d'Amedy Coulibaly, témoigne à la barre.

09h33 : Le procès des attentats de janvier 2015 reprend ce matin. Comme hier, la cour d'assises spéciale examine la prise d'otages de la supérette Hyper Cacher de la porte de Vincennes à Paris. Les proches des quatre victimes tuées, ainsi que des rescapés, dont l'ex-caissière Zarie Sibony et l'ancien magasinier Lassana Bathily, témoigneront aujourd'hui. L'audience est à suivre en direct ici.(MAXPPP)

09h29 : "Les officiers de sécurité m'ont annoncé que j'avais dix minutes pour préparer un sac et quitter mon domicile parce que ma sécurité n'y était plus assurée."

La directrice des ressources humaines Charlie Hebdo, Marika Bret, a été contrainte de quitter son domicile, après avoir reçu des menaces.