DIRECT. Procès des attentats de janvier 2015 : "Personne sur terre ne mérite d’être assassiné et encore moins pour des dessins"

La cour d'assises spéciale de Paris leur a donné la parole aux accusés, vendredi, avant de suspendre l'audience.

La salle d\'audience du procès des attentats de janvier 2015, à l\'ouverture des débats, le 2 septembre 2020.
La salle d'audience du procès des attentats de janvier 2015, à l'ouverture des débats, le 2 septembre 2020. (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCEINFO)
Ce qu'il faut savoir

On ne les avait pas entendus depuis une semaine ou presque. Les accusés du procès des attentats de janvier 2015 ont été invités à prendre la parole, vendredi 11 septembre, au terme d'une semaine éprouvante consacrée aux témoignages des parties civiles de Charlie Hebdo. Les 11 hommes présents à cette audience – quatre personnes sont jugées par défaut, dont Hayat Boumeddiene – se sont tous dits touchés par les récits livrés à la barre par les survivants et les familles des victimes et ont condamné les attentats perpétrés par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, affirmant même ne pas connaître les terroristes de Charlie Hebdo. "Personne sur terre ne mérite d'être assassiné et encore moins pour des dessins", a notamment soutenu Nezar Pastor Alwatik. L'audience a été suspendue juste après et reprendra lundi avec l'examen de l'assassinat du policier Ahmed Merabet.  

 "Je suis là pour comprendre l'incompréhensible". Des proches des victimes de l'attentat de Charlie Hebdo ont été entendus par la cour d'assises spéciales de Paris, aux septième et huitième jours du procès. Chloé Verlhac, la compagne du dessinateur Bernard Verlhac, dit "Tignous", a livré à la barre ses souvenirs douloureux : "C'est une journée monstrueuse que je revis inlassablement""Quand on connaissait Tignous, son sourire, il était impossible qu'il meure, il était trop vivant pour mourir", poursuit Chloé Verlhac. "Je suis là pour comprendre l’incompréhensible, comment cela a pu arriver (...) j'ai besoin de comprendre pourquoi."

 Un hommage à des dessinateurs épris de liberté. Les proches des dessinateurs Cabu, Charb et Honoré, assassinés dans l'attaque contre Charlie Hebdo, ont esquissé les portraits de journalistes "engagés" et "épris de liberté". La veille, les rescapés de la tuerie Riss et Fabrice Nicolino ont eux-mêmes appelé à défendre cette liberté et ce journal, toujours menacé cinq ans après. 

 Les cicatrices des survivants. Mardi et mercredi, les blessés psychiques et physiques de l'attentat sont venus raconter leurs souffrances. Qu'il s'agisse des victimes plus éloignées du journal où de ceux qui se sont retrouvées au cœur de l'attaque, comme Coco, Sigolène Vinson, Simon Fieschi ou Laurent Léger, ils sont marqués à vie.

 L'assassinat d'Ahmed Merabet examiné lundi. La cour d'assises spéciales se penchera lundi sur l'assassinat du policier Ahmed Merabet, abattu par les frères Kouachi sur le boulevard Richard-Lenoir, alors que les deux terroristes fuyaient la rédaction de Charlie Hebdo. La cavale de Chérif et Saïd Kouachi en dehors de Paris sera abordée mardi.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PROCES_ATTENTATS

23h05 : Au procès des attentats de janvier 2015, le président de la cour a donné aujourd'hui la parole aux accusés, afin qu'ils livrent leur ressenti après les témoignages de proches de victimes. "Ça a été une semaine bouleversante, a notamment déclaré Nezar Mickaël Pastor Alwatik. Voici le récit de cette journée.

Les accusés dans le box et leurs avocats au premier jour du procès des attentats de janvier 2015 devant la cour d\'assises spéciale de Paris, le 2 septembre 2020. 


(BENOIT PEYRUCQ / AFP)

20h27 : "Notre réaction, depuis cinq ans, c'est de ne laisser passer aucune menace de mort, ni aucun message faisant l'apologie du terrorisme. Nous déposons plainte, certaines procédures aboutissent, d'autres pas. On ne peut plus rien laisser passer de ce point de vue-là."


Marie-Christine Bret, responsable des ressources humaines du journal Charlie Hebdo, s'est exprimée mercredi, lors du procès des attentats de janvier 2015, au sujet des menaces visant l'hebdomadaire satirique.

20h13 : Après la menace de l'organisation terroriste Al-Qaïda contre Charlie Hebdo, la protection du dessinateur Riss, d'Eric Portheault, l'ex-directeur général de Charlie, et du rédacteur en chef du journal Gérard Biard a été renforcée, a appris franceinfo de source policière. Dans la salle d'audience ou a lieu le procès des attentats de janvier 2015, cinq officiers de sécurité entourent Riss depuis hier.

20h10 : 20 heures (et quelques minutes), faisons un nouveau point sur l'actualité de ce vendredi 11 septembre :

L'organisation terroriste Al-Qaïda a de nouveau menacé Charlie Hebdo, après la republication des caricatures de Mahomet à l'occasion du procès des attentats de janvier 2015, annonce le groupe Site.


Circuit de dépistage renforcé, quatorzaine réduite à sept jours, 42 départements désormais en zone rouge... Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex à l'issue du Conseil de défense sur le Covid-19.


La France a recensé 9 406 nouveaux cas de contamination et 40 décès liés au Covid-19 en 24 heures, indique ce soir Santé publique France. Suivez notre direct.


Le cycliste colombien Daniel Felipe Martinez (Education First) a dompté le Puy Mary et s'est imposé dans la 13e étape du Tour de France.

19h49 : Le groupe américain Site est spécialisé dans la surveillance des organisation jihadistes. Il indique qu'Al-Qaïda a déclaré, dans sa revue publiée aujourd'hui, que le raid meurtrier contre Charlie Hebdo "n'était pas un incident ponctuel".

19h48 : #CHARLIE_HEBDO L'organisation terroriste Al-Qaïda a de nouveau menacé Charlie Hebdo, après la republication des caricatures de Mahomet à l'occasion du procès des attentats de janvier 2015, annonce le groupe Site.

18h02 : A 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

La durée d'isolement est ramenée à sept jours, annonce Jean Castex. Le Premier ministre alerte sur la circulation du virus et recommande la "plus grande prudence" aux personnes âgées pour "quelques mois encore".

Après les proches des victimes, les accusés sont entendus à l'occasion de la huitième journée du procès des attentats de janvier 2015. Suivez notre direct.

Une nouvelle grenade de désencerclement moins dangereuse sera utilisée dès demain dans le cadre des manifestations, annonce Gérald Darmanin.

Daniel Felipe Martinez (Education First) dompte le Puy Mary et s'impose dans la 13e étape du Tour de France.

17h23 : Au procès des attentats de janvier 2015, la parole a été donnée aux accusés, et notamment à Nezar Pastor Alwatik.

14h08 : L'audience a repris au procès des attentats de janvier 2015. Deux filles du dessinateurs Tignous sont à la barre. Notre journaliste Catherine Fournier vous fait vivre l'audience sur place.

14h16 : A 14 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

Après les veuves de Cabu et Michel Renaud, la mère et des amies de Stéphane Charbonnier, dit Charb, et la fille de Philippe Honoré jeudi, la veuve de Georges Wolinski et des proches de Bernard Maris doivent être entendus à l'occasion de la huitième journée du procès des attentats de janvier 2015. Suivez notre direct.

Le maire EELV de Bordeaux refuse d'installer un "arbre mort" de Noël dans sa ville et s'attire les foudres de la droite.


Après la journée de repos, deux étapes de plat et une transition accidentée, le peloton du Tour de France 2020 s'est élancé dans la 13e étape entre Châtel-Guyon et Puy Mar. Suivez l'étape en direct.

Un demi-million de personnes ont été évacuées en raison des incendies dans l'Oregon (Nord-Ouest), annoncent les autorités. C'est plus de 10% de la population de l'Etat, précise l'agence AP (lien en anglais). Suivez notre direct consacré à ces incendies meurtriers.

12h30 : Voici les contenus qu'il ne faut pas rater sur notre site aujourd'hui :

"Ils ont tué des hommes, mais ils n'ont pas tué leurs idées." Au procès des attentats de janvier 2015, proches et victimes font revivre "l'esprit Charlie".

• Le concept, son efficacité, les critiques... Voici ce qu'il faut savoir sur "la bulle sociale", une mesure envisagée par des membres du Conseil scientifique.

• Visualisez en un gif l'augmentation du taux d'incidence du coronavirus ces deux derniers mois.

12h16 : L'audience vient de faire une pause jusqu'à 13h30 au procès des attentats de janvier 2015. Juste avant, la Cour a entendu Chloe Verlhac, la compagne du dessinateur Tignous.

12h07 : Il est déjà l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité :

Après les veuves de Cabu et Michel Renaud, la mère et des amies de Stéphane Charbonnier, dit Charb, et la fille de Philippe Honoré jeudi, la veuve de Georges Wolinski et des proches de Bernard Maris doivent être entendus à l'occasion de la huitième journée du procès des attentats de janvier 2015. Suivez notre direct.

Un demi-million de personnes ont été évacuées en raison des incendies dans l'Oregon (Nord-Ouest), annoncent les autorités. C'est plus de 10% de la population de l'état, précise l'agence AP (lien en anglais). Suivez notre direct consacré à ces incendies meurtriers.

#TDF Après la journée de repos, deux étapes de plat et une transition accidentée, le peloton du Tour de France 2020 va à nouveau entrer dans le dur à l'occasion de la 13e étape entre Châtel-Guyon et Puy Mary Pas de Peyrol. Pas moins de sept ascensions sont au programme et la bagarre entre favoris promet d'être enfin lancée. Suivez l'étape en direct.



#MIGRANTS Dix pays de l'UE vont prendre en charge 400 migrants mineurs après l'incendie du camp de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, annonce Berlin. L'Allemagne et la France prendraient en charge chacun 100 à 150 de ces enfants.

10h57 : Au procès des attentats de janvier 2015, la cour continue d'entendre des proches des victimes. Nos journalistes sont sur place.

09h38 : Après les veuves de Cabu et Michel Renaud, la mère et des amies de Stéphane Charbonnier, dit Charb, et la fille de Philippe Honoré jeudi, la veuve de Georges Wolinski et des proches de Bernard Maris doivent être entendus à l'occasion de la huitième journée du procès des attentats de janvier 2015. Suivez notre direct.

09h33 : Que faut-il retenir de l'actualité ce matin ?

#CORONAVIRUS Au moment où la France redoute un rebond de l'épidémie de Covid-19, un conseil de défense se réunit aujourd'hui afin de prendre des mesures et de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines", selon Emmanuel Macron. Le niveau de circulation du virus est "inquiétant" avait prévenu mercredi Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique.


#CORONAVIRUS Et si réduire sa vie sociale permettait de lutter efficacement contre l'épidémie de Covid-19 ? Cette idée de "bulle sociale" est l'une des mesures envisagées par les membres du Conseil scientifique, mais elle ne fait pas l'unanimité, notamment en Belgique où elle est appliquée depuis plusieurs mois. Franceinfo fait le point sur cette stratégie.


Au procès des attentats de janvier 2015, les proches de victimes ont fait revivre, pendant deux jours, "l'esprit Charlie". Une nouvelle audience débutera aujourd'hui, à 9h30.

Un demi-million de personnes ont été évacuées en raison des incendies dans l'Oregon (Nord-Ouest), annoncent les autorités. C'est plus de 10% de la population de l'état, précise l'agence AP (lien en anglais).

06h27 : Commençons cette journée par un point sur ce qu'il faut retenir de l'actu :

#CORONAVIRUS Au moment où la France redoute un rebond de l'épidémie de Covid-19, un conseil de défense se réunit aujourd'hui afin de prendre des mesures et de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines", selon Emmanuel Macron. Le niveau de circulation du virus est "inquiétant" avait prévenu mercredi Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique.



#CORONAVIRUS Le Covid-19 va être reconnu comme maladie professionnelle, a appris franceinfo hier. Un décret sera publié "dans les prochaines heures, prochains jours", selon le ministère de la Santé.


Au procès des attentats de janvier 2015, les proches de victimes ont fait revivre, pendant deux jours, "l'esprit Charlie". Une nouvelle audience débutera aujourd'hui, à 9h30.

Le gouvernement britannique a exclu hier de renoncer à remettre en cause certains engagements dans le cadre du Brexit. Il rejette ainsi les exigences de l'Union européenne, dans un contexte de négociations déjà explosif sur leur relation future.