Procès des attentats de janvier 2015 : l'audience est suspendue jusqu'à vendredi après le malaise d'un accusé

Le procès des attentats de janvier 2015 a été suspendu par la cour d'assises spéciale de Paris jusqu'à vendredi matin, pour que l'un des accusés puisse voir un médecin après avoir fait un malaise dans la matinée.

La cour d\'assise spéciale de Paris, le 24 septembre 2020.
La cour d'assise spéciale de Paris, le 24 septembre 2020. (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCEINFO)
Ce qu'il faut savoir

Il a fait un malaise, dans le box des accusés. L'audience du procès des attentats de janvier 2015 a été suspendue jusqu'à vendredi, le temps que Nezar Pastor Alwatik, l'un des accusés, puisse voir un médecin. L'homme a été pris de vomissements, jeudi 24 septembre, et son avocate, Marie Dosé, juge que son état "peut inquiéter, eu égard à la pandémie de Covid-19". La cour d'assises spéciale devait entendre trois anciens mentors des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly ce jeudi. 

Peter Cherif, traducteur de Chérif Kouachi ? Né à Paris en 1982, Peter Cherif tente d'entrer dans l'armée en 2002. Mais, blessé, il abandonne ses envies de vie militaire et se convertit à l'islam en 2003. Comme les frères Kouachi, il est séduit par les paroles de Farid Benyettou, charismatique mentor, aujourd'hui repenti, de la filière dite "des Buttes-Chaumont". C'est là qu'il rencontre les futurs tueurs de Charlie Hebdo. Peter Cherif s'envole ensuite pour le Moyen-Orient. Lui qui parle arabe pourrait-il servir de traducteurs aux Français venus rejoindre les rangs du jihad, comme Chérif Kouachi, que l'on soupçonne de s'être rendu au Yémen en 2011 ? Peter Cherif affirme n'avoir croisé qu'une fois les Kouachi. Prolixe sur la vie quotidienne au Yémen, il est évasif sur tout ce qui pourrait, de près ou de loin, le relier à des crimes commis en France.

 Farid Benyettou, l'ex-prédicateur repenti. Vers 2003-2004, Chérif Kouachi commence à fréquenter des islamistes radicaux, notamment Farid Benyettou, émir autoproclamé d'un petit groupe soudé de jeunes d'une vingtaine d'années qui vivotent, prient et s'entraînent ensemble dans le 19e arrondissement de Paris. Cette filière dite "des Buttes-Chaumont" est démantelée en 2005. Farid Benyettou écope de six ans de prison et Chérif Kouachi, arrêté juste avant de partir pour l'Irak, de trois ans. Quand il sort de prison en 2009, Farid Benyettou se dit repenti du jihadisme. Il continue de voir Chérif Kouachi, qu'il décrit comme "son frère", jusqu'en 2014. Il dit avoir tenté en vain de le détourner des idées radicales.

Djamel Beghal. Lors de sa détention à Fleury-Mérogis après sa condamnation en 2005, Chérif Kouachi rencontre Amedy Coulibaly, détenu pour vol, mais aussi Djamel Beghal, qui a passé les 21 premières années de sa vie en Algérie avant de partir en France. Il entre dans le viseur des autorités dans les années 1990 pour sa proximité avec le GIA. Arrêté aux Émirats arabes unis en 2001, il est extradé vers la France, où il est condamné à 10 ans de prison. En 2010, Djamel Beghal écope d'une seconde peine de dix ans de prison et est déchu de la nationalité française. Aujourd'hui libre, il vit en Algérie, où il doit être à nouveau jugé, et "ne pourra pas témoigner" jeudi à Paris, a précisé à l'AFP son avocat, Farouk Ksentini, qui précise que "rien ne l'y oblige".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PROCES_ATTENTATS

23h23 : Le procès des attentats de janvier 2015 reprendra demain dès 9h30. Les audiences avaient été suspendues en début d'après-midi car l'un des accusés était soupçonné d'avoir contracté le Covid-19. Il a finalement été testé négatif.

18h12 : Il est 18 heures, le moment de faire le point sur l'actualité :

La direction de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé aujourd'hui, être "contrainte d'effectuer de premières déprogrammations" d'opérations chirurgicales "à compter de ce week-end", face à l'afflux de malades du coronavirus dans ses services de réanimation.


Une information judiciaire a été ouverte pour "complicité de crimes contre l'humanité, complicité de génocide et complicité d'actes de torture et de barbarie" pour des faits commis au Soudan par le groupe bancaire BNP Paribas. Le groupe est accusé de ne pas avoir respecté l'embargo contre le régime d'Omar El-Béchir, destitué en 2019.

Le bracelet anti-rapprochement sera déployé à partir de demain. Cette sorte de bracelet électronique permet de géolocaliser les conjoints ou ex-conjoints violents et déclenche un système d'alerte lorsque ces derniers s'approchent de leur victime. Voici quatre questions sur ce dispositif destiné à lutter contre les violences conjugales.


• Après le malaise de l'un des accusés, Nezar Pastor Alwatik, du procès des attentats de janvier 2015, l'audience a été suspendue jusqu'à demain 9h30.

14h53 : L'audience du jour lors du procès des attentats de janvier 2015 a été reportée jusqu'à demain 9h30 en raison de l'état de santé de l'accusé Nezar Pastor Alwatik. Voici le résumé de cette matinée par notre journaliste sur place Catherine Fournier.

14h29 : Il est l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité :

• Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé hier soir une série de nouvelles restrictions pour freiner l'épidémie de Covid-19, notamment à Aix-Marseille, provoquant l’ire des élus et des restaurateurs de la métropole du sud de la France. Il leur a répondu lors de son audition devant la commission d'enquête.


• La cour d'appel de Paris a validé l'enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, contestée par l'ancien président.


L'Union européenne a refusé de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président de la Biélorussie, malgré sa prestation de serment, hier. "L'élection du 9 août n'était ni libre ni équitable", justifie-t-elle.


• Après le malaise de l'un des accusés, Nezar Pastor Alwatik, du procès des attentats de janvier 2015, l'audience a été suspendue jusqu'à demain 9h30.

13h53 : Le procès des attentats de janvier 2015 ne reprendra demain à 9h30 que si l'état de santé de Nezar Pastor Alwatik le permet. Si l'audience peut reprendre, le président de la cour assure "que le planning de l’audience prévu vendredi serait maintenu et qu’on rattraperait celui d’aujourd'hui (donc l’audition de Peter Chérif) plus tard", rapporte notre journaliste sur place Catherine Fournier.

13h18 : L'accusé Nezar Pastor Alwatik a fait un malaise ce matin durant l'audience. Son avocate demande si les résultats des tests seront disponibles demain ? Si ce n'est pas le cas, il n'est "pas question", selon elle, que l'accusé "revienne dans ce box", rapporte notre journaliste sur place Catherine Fournier.

13h13 : Le procès des attentats de janvier 2015 est suspendu jusqu'à demain 9h30 car l'un des accusés est malade.

13h52 : Le procès des attentats de janvier 2015 n'est pas sûr de reprendre cet après-midi, nous informe Catherine Fournier, notre journaliste sur place. En effet, l'accusé Nezar Pastor Alwatik a fait un malaise ce matin durant l'audience et son avocate Marie Dose "ne souhaite pas que l'audience reprenne si son client n'est pas en état de comparaître". La réponse sur une éventuelle reprise ou non est attendue à 13 heures.

12h38 : Il est midi, faisons un nouveau point sur l'actualité :

• Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé hier soir une série de nouvelles restrictions pour freiner l'épidémie de Covid-19, notamment à Aix-Marseille, provoquant l’ire des élus et des restaurateurs de la métropole du sud de la France.


• La cour d'appel de Paris a validé l'enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, contestée par l'ancien président.


•L'Union européenne a refusé de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président de la Biélorussie, malgré sa prestation de serment, hier. "L'élection du 9 août n'était ni libre ni équitable", justifie-t-elle.


Après le malaise de l'un des accusés du procès des attentats de janvier 2015, conduisant à une suspension d'audience jusqu'à 13 heures, les inquiétudes d'une contamination au Covid-19 grandissent.

11h14 : Deux sujets d'actualité qui s'entrechoquent. Après le malaise de l'un des accusés du procès des attentats de janvier 2015, conduisant à une suspension d'audience jusqu'à 13 heures, les inquiétudes d'une contamination au Covid-19 grandissent, rapporte notre journaliste Catherine Fournier, qui est sur place.

10h49 : Retour au procès des attentats de janvier, où notre journaliste Catherine Fournier nous indique que l'audience vient d'être interrompue, après le malaise de l'un des accusés.

10h24 : Faisons un saut à la cour d'assises spéciale de Paris, où se tient la 17e journée du procès des attentats de janvier 2015. Ce matin, la cour d’assises spéciale entend un enquêteur de la DGSI.

09h28 : En attendant, vous pouvez lire son dernier compte-rendu d'audience, publié hier soir. Il s'intéresse aux témoignages des familles de victimes et des rescapés de la prise d'otages de l'Hyper Cacher, qui ont occupé la cour ces deux derniers jours.(MAXPPP)

09h26 : Le procès des attentats de janvier 2015 va reprendre dans quelques minutes à la cour d'assises spéciale de Paris. Au programme : d'anciens mentors des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly sont appelés à témoigner. Vous pourrez suivre l'audience dans notre direct, ou en suivant directement sur Twitter notre journaliste Catherine Fournier.

08h53 : Il sera néanmoins entendu cet après-midi comme témoin par la cour d'assises. Son audition aura lieu en visioconférence depuis la prison où il est incarcéré.

08h46 : Qui est Peter Cherif, suspecté d'être le commanditaire de l'attaque contre Charlie Hebdo ? Ce jihadiste français de 38 ans, considéré comme un mentor des frères Kouachi, a été arrêté trop tardivement pour être jugé lors du procès des attentats de janvier 2015, qui a lieu en ce moment à la cour d'assise spéciale de Paris.

(AFP)