Cet article date de plus de neuf ans.

Prison de Pau : une minuterie pointait à la place des gardiens de nuit

Des surveillants de la maison d'arrêt de Pau auraient mis au point un système sophistiqué de minuterie leur évitant d'avoir à pointer toutes les demi-heures. Le parquet de Pau et l'Administration pénitentiaire ont ouvert vendredi une enquête.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Depuis plusieurs années, les relations entre surveillants et direction de la maison d'arrêt de Pau se sont dégradées. Une situation qui a entraîné une enquête de l'Inspection des services pénitentiaires. Et c'est au cours de cette enquête que la supercherie a été découverte. Des gardiens de nuit auraient mis au point un boîtier électronique qui leur évitait de pointer toutes les demi-heures.

Le boîtier, assorti de pinces crocodile, permettait de court-circuiter l'interrupteur placé dans le mirador, qui doit être activé toutes les demi-heures par les surveillants afin d'indiquer qu'ils sont en veille. 

D'autres irrégularités ont été relevées

L'Administration pénitentiaire a déposé une plainte et une procédure disciplinaire a été engagée. Par ailleurs, d'autres irrégularités ont pû être relevées comme un registre de fouille avec la mention RAB (qui pourrait signifier* " rien à battre"* , selon un surveillant). 

Et ce n'est pas la première fois que la prison de Pau se trouve dans la tourmente. En juin dernier, une enquête préliminaire pour "entrave au bon fonctionnement d'un traitement automatique de données" a été ouverte et parallèlement plusieurs agents sont concernés par des procédures disciplinaires. Ces derniers seront d'ailleurs convoqués en conseil national de discipline avant la fin octobre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.