Cet article date de plus de neuf ans.

Première "relocalisation" ordonnée par la Justice

La chambre sociale de la cour d'appel de Reims a ordonné à au groupe allemand Lohman et Rauscher de redonner du travail aux salariés de leur filiale Sodimédical, dans l'Aube, et de payer les salaires et les cotisations sociales, sous peine d'une astreinte financière. L'activité de la filiale a été délocalisée en Chine et les salariés français ne touchent plus rien depuis neuf mois.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Pour les avocats des salariés de Sodimédical, c'est une véritable première judiciaire et sociale que vient de réaliser la chambre sociale de la cour d'appel de Reims : "Nous aurons réussi la première relocalisation par décision de justice et nous honorons à notre manière le redressement productif ", se félicite Me Philippe Brun. Le groupe austro-allemand Lohman et Rauscher, qui réalise de substantiels bénéfices, a pensé fermer sa filiale française pour délocaliser l'activité en Chine.

La chambre a donc condamné Lohman et Rauscher à revenir en arrière sur le sort de sa filiale française, qui fabriquait du matériel médical à Plancy-L'Abbaye, dans l'Aube. Le groupe est condamné à payer les salaires dus et à venir, sous peine de payer une astreinte de 400 euros par jour et par salarié. Il doit aussi redonner du travail à ces salariés, sous peine de payer à nouveau 1.000 euros par jour de retard. Le groupe austro-allemand doit aussi verser les cotisations à la mutuelle des employés, à nouveau sous astreinte de 400 euros par jour de retard.

La décision est d'autant plus douloureuse pour le groupe qu'elle est immédiatement exécutoire, même si il décide de se pourvoir en cassation. Pour les salariés, qui avaient été déboutés aux prud'hommes de Troyes en janvier, c'est une victoire. Ils ne touchent plus de salaire depuis neuf mois, depuis la mise en sauvegarde de la filiale française en octobre 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.