Paris : une enquête ouverte après l’inscription d'un tag antisémite sur la devanture d'un magasin Bagelstein

Ce tag a donné lieu à de nombreuses réactions politiques, dont le ministre de l'Intérieur et le porte-parole du gouvernement.

Capture d\'écran de la photo du tag antisémite sur la vitrine du magasin Bagelstein à Paris, postée le 9 février 2018.
Capture d'écran de la photo du tag antisémite sur la vitrine du magasin Bagelstein à Paris, postée le 9 février 2018. (FACEBOOK / JOAN SFAR)

Les gérants d'un restaurant Bagelstein, dont la vitrine a été taguée du mot "Juden" (qui signifie "juifs" en allemand) en jaune à Paris, ont déposé plainte, a indiqué, dimanche 10 février, la direction du restaurant situé dans le centre de la capitale, sur l'île Saint-Louis. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "dégradations volontaires aggravées" et "provocation à la haine raciale", confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

"Nous avons découvert ce tag samedi matin. Il a probablement été fait dans la nuit de vendredi à samedi", a expliqué Gilles Abecassis, cofondateur de cette chaîne de restauration. Ce dernier précise que des graffitis similaires ont déjà été réalisés sur d'autres vitrines.

Aucun lien établi à ce stade avec des "gilets jaunes"

Ce tag a donné lieu à de nombreuses réactions politiques, dont le ministre de l'Intérieur ou le porte-parole du gouvernement. L'auteur de bande-dessinée Joann Sfar a également écrit un long texte sur Facebook, liant ce tag au mouvement des "gilets jaunes"

Mais à ce stade de l'enquête, rien ne permet de faire un tel lien. Le cofondateur de Bagelstein "ne pense pas que ce soit des 'gilets jaunes'" qui aient réalisé ce tag, découvert plusieurs heures avant la manifestation de samedi. "Ils ont écrit ça en jaune, mais ça peut être pour l'étoile de David" que l'Allemagne nazie imposait aux juifs de porter, a-t-il souligné.

Nous sommes choqués, mais nous répondrons demain à ces abrutis sur un ton décalé de sale gosse. Nous voulons garder notre bonne humeur.Gilles Abecassis, con-fondateur de Bagelsteinà l'AFP

Le responsable de l'enseigne précise avoir reçu "des milliers de messages de soutien, de Hongkong, de Sydney, d'Europe de l'Est, de gens de milieux différents, pas seulement de confession israélite".