Orthez : l'anesthésiste remise en liberté sous contrôle judiciaire

La décision d'un juge de remettre cette anesthésiste en liberté a été confirmée ce jeudi par la Cour d'appel de Pau. Elle avait reconnu avoir bu le jour d'un accouchement qui s'était terminé avec la mort de la patiente.

(La maternité d'Orthez où s'est produit le drame le 26 septembre dernier © MAXPPP)

Cette décision de remettre cette anesthésiste belge en liberté avait été prise une première fois. Mais le parquet avait fait appel. Le Procureur de la République de Pau, Jean-Christophe Muller, avait expliqué que "les modalités du contrôle judiciaire ne prévoient pas qu'elle soit assignée à résidence sur le territoire français. Cela me paraît insuffisant pour atteindre l'objectif que je recherche, empêcher qu'elle exerce la médecine", ce qu'elle pourrait toujours faire à l'étranger.

La décision de la Cour d'appel de remettre en liberté Helga Wauters, 45 ans, mise en examen pour "homicide involontaire aggravé", est donc assortie d'une "obligation de résidence en France, d'une interdiction de sortie du territoire, de l'interdiction d'exercer la médecine, de l'obligation de fréquenter un centre de lutte contre l'alcoolisme ainsi que d'une caution de 50.000 euros.

L'enquête a montré que cette anesthésisteavait déjà été licenciée de son poste dans un établissement hospitalier en Belgique pour faute grave en février 2013. Et qu'elle avait déjà suivi au moins trois cures de désintoxication. 

A LIRE AUSSI ►►► Maternité d'Orthez : l'anesthésiste reconnaît avoir bu le soir des faitsA LIRE AUSSI ►►► Faute d'obstétriciens, la maternité d'Orthez ferme