Neuf gardes à vue après le spectaculaire braquage d'un convoi saoudien

En août, une voiture du convoi d'un prince saoudien était attaquée à Paris. Un commando d'hommes armés était reparti avec 250.000 euros et des documents diplomatiques.

(Neuf gardes à vue après le braquage spectaculaire d'un convoi saoudien © MaxPPP)

Au moins neuf personnes ont été interpellées lundi matin, en Seine-et-Marne et dans le Val-d'Oise, par la brigade de répression du banditisme et l'office central de lutte contre le crime organisé. Des perquisitions sont en cours. Il pourrait s'agir de membres du commando qui avait attaqué le convoi princier le 18 août.

Le braquage était impressionnant, extrêmement bien préparé et les malfaiteurs étaient visiblement très bien informés. Après avoir passé plusieurs jours à Paris, le prince saoudien Abdel Aziz Ben Fahd quitte l'hôtel Georges V. Son avion privé l'attend ce jour-là au Bourget. Pour s'y rendre, il utilise un convoi de 13 voitures de luxe.

A 21h, porte de La Chapelle, au nord de Paris, le convoi est stoppé net par deux autres voitures. Huit hommes en sortent, cagoulés et lourdement armés. Ils savent où chercher et prennent d'assaut le monospace en tête, et ses trois occupants. Dans le véhicule, ils trouvent 250.000 euros en liquide et des documents diplomatiques. Aucun coup de feu n'est tiré.

Les auteurs du braquage prennent ensuite la direction de la Seine-et-Marne où l'une de leurs voitures et le monospace ont été retrouvés incendiés près d'un champ de maïs, deux billets de 500 euros à côté, des médicaments et des documents en langue arabe.

Depuis le début de l'enquête, ni le scénario exact, ni le mobile de cette attaque n'étaient clairement apparu.