Cet article date de plus de trois ans.

Mort d’Angélique : le meurtrier présumé a été condamné il y a 22 ans à 9 ans de prison, notamment pour "viol avec arme"

Le meurtrier présumé de l'adolescente de 13 ans qui avait disparu depuis mercredi après-midi à Wambrechies, au nord de la métropole lilloise, avait été condamné il y a 22 ans, à 9 ans de prison, notamment pour "viol avec arme".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une affichette placardée sur un mur de la commune de Wambrechies signalant la disparition de l'adolescente. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

L’homme de 45 ans soupçonné du meurtre d’Angélique Six, l'adolescente de 13 ans qui avait disparu depuis mercredi après-midi à Wambrechies, au nord de la métropole lilloise (Nord), a déjà été condamné en 1996 à 9 ans de prison notamment pour "viol avec arme", a appris franceinfo dimanche 29 avril de source proche du dossier.

Viol avec arme et attentat à la pudeur

Du 4 janvier 1994 au 18 janvier 1994, le meurtrier présumé d'Angélique a commis une série de quatre crimes et délits. Il était poursuivi pour "viol avec arme" le 7 janvier 1994, mais également "attentat à la pudeur avec l’usage d’une arme", "tentative d’atteinte à la pudeur" et "vol avec violence". Il avait été interpellé le 22 janvier 1994, et condamné deux ans plus tard, en 1996, à 9 ans de prison. Ce père de deux enfants est sorti le 4 juillet 2000 après avoir passé 6 ans derrière les barreaux, après des remises de peines.

Insrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles

En 2014, il avait fait l’objet d’un rappel à la loi. Inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS), il n’avait pas respecté une de ses obligations, en omettant de donner sa nouvelle adresse. Le corps d’Angélique Six a été retrouvé dénudé dans la nuit de samedi à dimanche dans la forêt de Quesnoy-sur-Deûle (Nord) après les aveux de ce suspect.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.