Cet article date de plus de cinq ans.

Mort après un concours de shooters : le patron du bar relaxé

Un patron de bar a été relaxé en appel dans le Puy-de-Dôme à cause d'un vice de procédure. Il y a quinze mois, un de ses clients était mort des suites d'un coma éthylique après un concours de shooters.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (C'est dans ce bar de Clermont-Ferrand que la victime avait ingurgité 56 shooters à la suite © MaxPPP)

Il avait été condamné en première instance à quatre mois de prison avec sursis et interdiction d'exercer pour homicide involontaire. Ce patron de bar du Puy-de-Dôme a été relaxé. Il y a quinze mois, un de ses clients, un quinquagénaire était mort des suites d'un coma éthylique après un avoir bu 56 shooters.

Erreur de procédure

La cour d'appel de Riom l'a mis hors de cause, pas sur le fond, mais en raison d'une erreur dans la procédure. Selon l'avocat du patron du bar, Maitre Renaud Portejoie, "derrière cette décision que certains pourront qualifier de strictement juridique, je vois du sens. Il faut bien comprendre que la cour d'appel souhaite rappeler que cette dérive vers l'état pénitence n'est pas acceptable."

"Derrière chaque drame humain, il ne faut pas forcément retenir la responsabilité pénale d'un professionnel"
— Maître Renaud Portejoie, avocat du patron de bar

"Ce qui était effrayant, c'est que la décision de première instance crée un précédent qui, à mon sens, était dangereux, qui consistait à retenir que derrière chaque drame humain, il fallait absolument retenir la responsabilité pénale d'un professionnel. C'était inenvisageable et injuste". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.