Militantes kurdes tuées à Paris : un proche placé en détention

La piste d'un règlement interne au PKK semble la bonne. Deux personnes étaient en garde à vue depuis jeudi midi ; l'une d'elles a été mise en examen pour assassinat, puis placé en détention provisoire

(Maxppp)

"Ce serait l'auteur ou l'un des auteurs des faits" , analyse le procureur de la République de Paris, François Molins, en annonçant qu'un des deux hommes arrêtés jeudi a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" ce lundi.
Lundi soir, il a été placé en détention provisoire, comme le réclamait le parquet.

L'assassinat, à Paris, de trois militantes kurdes, le 10 janvier dernier avait suscité une vive émotion dans la communauté : 15.000 Kurdes avaient même manifesté le surlendemain.

L'enquête a rapidement progressé. La piste d'un règlement interne au PKK était, semble-t-il, la bonne. L'homme mis en examen aurait été le chauffeur d'une des femmes assassinées.