Cet article date de plus de six ans.

LuxLeaks : trois Français devant la justice pour violation du secret des affaires

Le procès du scandale LuxLeaks s’ouvre ce mardi devant la justice du Luxembourg. Trois Français comparaissent pour violation du secret des affaires dont le lanceur d’alerte de l’affaire Antoine Deltour.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Antoine Deltour, l’un des lanceurs d’alerte de l'affaire LuxLeaks, risque jusqu'à cinq ans de prison et plus d'un million d'euros d'amende © Maxppp)

Un collectif d’une vingtaine d’ONG et syndicats français, baptisé "Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires", a prévu de manifester au début du procès qui doit s’ouvrir à 9h.  Ils soutiennent les trois prévenus,  Antoine Deltour, Raphaël Halet, les lanceurs d’alerte, et Edouard Perrin, le journaliste.

Des accords fiscaux entre le Luxembourg et 300 multinationales

En 2014, Antoine Deltour a remis à ce journaliste de "Cash investigation" des documents révélant l’existence d’accords fiscaux conclus entre le Luxembourg et plus de 300 multinationales afin d’organiser leur exil fiscal. Pour son ancien employeur, le cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers, Antoine Deltour a soustrait des documents confidentiels.

A LIRE AUSSI ►►► LuxLeaks : le lanceur d'alerte Antoine Deltour témoigne avant son procès

C'est au contraire, un geste exemplaire pour son avocat, Me William Bourdon. "Il a une conscience citoyenne, ce n’est pas un militant, il va remettre ses documents en disant que ça sert l’intérêt général" . Et d’ajouter : "Et le fait est qu’il a rendu un service gigantesque aux contribuables européens. Ces milliards d’euros qui ont été siphonnés par ces pratiques d’optimisation massive et qui, à la fin, font défaut dans votre poche ou dans la mienne."

"Il a rendu un service gigantesque aux contribuables européens", Me William Bourdon, l'avocat d'Antoine Deltour
écouter

Antoine Deltour s’est d’ailleurs vu remettre le Prix du citoyen (européen) par le Parlement européen.  D’un naturel plutôt réservé, il ne se considère ni comme un héros ni comme un martyr. Antoine Deltour souhaite maintenant retrouver un peu de sérénité et décompresser après le procès qui se tient jusqu’au 4 mai.

Il risque 5 ans de prison et 1 millions 250.000 euros d’amende, tout comme l’autre ex-salarié et le journaliste qui sont jugés à ses côtés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.