Cet article date de plus de cinq ans.

Les sinistrés de l'immeuble pris d'assaut par le Raid à Saint-Denis manifestent

Mercredi, les résidents de l’immeuble pris d’assaut par le Raid après les attentats, ont manifesté aux Invalides. Les terroristes s’étaient réfugiés au 48 rue de la République à Saint-Denis. Accompagnés de l’association Droit au logement, les sinistrés demandent à être relogés rapidement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'immeuble du 48 rue de la République à Saint Denis © MaxPPP)

Depuis l’assaut du Raid contre les terroristes, qui s’étaient réfugiés dans l’immeuble, les habitants du 48 rue de la République à Saint-Denis sont dans une situation délicate. Il y a 81 sinistrés – 43 ménages au total – qui depuis plus d'un mois ont été relogés provisoirement. Parmi ces ménages, seuls 14 ont reçu une proposition de logement. La préfecture indique que sept logements seront bientôt proposés.

Certains sinistrés ne passeront pas noël chez eux

D'autres sinistrés sont dans l’attente, comme Abdel, ancien résident du 48 rue de la République. Il espérait passer Noël chez lui, mais ce ne sera pas le cas. Il est relogé de manière provisoire et de façon assez inconfortable, avec sa femme et sa fille. Il explique qu’il ne peut pas recevoir son courrier et que chaque jour, il doit se rendre à la mairie pour le récupérer. Il souhaite "simplement avoir une adresse où poser ses meubles ".

Il prend son mal en patience en attendant qu’on lui propose un logement. Et il aimerait vraiment qu’on le reconnaisse comme victime à part entière, "Ce qui s’est passé c’est exceptionnel et traumatisant ". Il ne serait pas contre une compensation financière mais ce qui l’importe, est surtout une reconnaissance morale.

Les sinistrés de l'immeuble pris d'assaut par le Raid à Saint-Denis manifestent ; reportage Sandrine Etoa-Andegue
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.